Le futur gazole non routier EN 590 en questions (4/6) : Pourra-t-il alimenter tous les tracteurs, anciens et nouveaux ?

Propos recueillis par RL

Les textes officiels ne sont pas encore parus mais l'instauration d'un nouveau gazole non routier répondant à la norme EN 590 est prévue pour le 1er janvier 2011. Ce nouveau carburant soulève quelques questions, auxquelles répond Philippe van Kempen, ingénieur agroéquipements au Bcma, le Bureau de coordination du machinisme agricole.

Le gazole non routier EN 590 pourra-t-il alimenter tous les tracteurs, anciens et nouveaux ?

Philippe van Kempen : pour les tracteurs dont la combustion se fait par injection directe à haute pression, un gazole qui répond à la norme EN 509 est nécessaire au bon fonctionnement des moteurs. Ces premiers moteurs sont apparus au début des années 2000, en commençant par les fortes puissances. A partir de 2003, des tracteurs de moyenne puissance (110 ch) sont déjà équipés d'injection électronique et rampe commune. La notice d'instruction du tracteur fait toujours référence à la qualité du carburant et rend très souvent obligatoire l'utilisation de ce gazole, afin de bénéficier de la garantie légale. Aujourd'hui, le fioul de qualité proposé par les pétroliers ne répond pas entièrement à cette norme et cela peut poser des problèmes de responsabilité en cas de litige, suite à une panne du système d'injection par exemple. L'agriculteur reste responsable de l'utilisation de son matériel. Par contre pour les tracteurs anciens, rendre obligatoire l'utilisation d'un gazole à la place du fioul ordinaire peut effectivement poser des problèmes mais cette fois-ci de fonctionnement, car il y aura notamment une diminution brutale de la teneur en soufre (en passant de 1000 à 10 mg de soufre par kilo de fioul). Cela peut accélérer l'usure des différents composants du moteur, en particulier les pompes et injecteurs et il sera toujours difficile pour un expert d'incriminer ce problème, compte tenu de l'âge du moteur et du risque de panne prévisible.

Philippe van Kempen, ingénieur agroéquipements au Bcma, le Bureau de coordination du machinisme agricole

Philippe van Kempen, ingénieur agroéquipements au Bcma, le Bureau de coordination du machinisme agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires