Le robot d’alimentation Lely Vector fait des petits

Raphaël Lecocq

Le robot Vector en version MFR à deux ou trois bols
Lely

Plusieurs bols mélangeurs peuvent assurer l’alimentation de grands troupeaux. Selon Lely, la même logique prévaut en matière de robotisation de traite.

Avec sa capacité de 2 m3, le robot d’alimentation Vector a des airs de dé à coudre comparativement aux mélangeuses automotrices – mais non automatiques – dont la capacité peut dépasser les 30 m3. Oui mais voilà, plusieurs robots Vector peuvent évoluer au sein d’un même élevage pour servir des troupeaux de plus de cinq cents bovins. C’est ce que fait savoir Lely en s’appuyant sur l’exemple d’un élevage suédois, ayant mis en service trois Vector pour alimenter plus de 500 bovins.  Alimenté par des batteries et guidé par ultrason, le robot Vector a la capacité de mélanger et de distribuer des fourrages de toutes compositions (fibres, concentrés) saisis un moyen d’un grappin mobile évoluant au-dessus d’une cuisine d’alimentation. Le robot est également apte à intégrer des aliments stockés dans des silos tours verticaux, une configuration développée depuis peu aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse.

Une exploitation, 44 robots de traite

A travers cet exemple de modularité appliquée au robot d’alimentation, Lely entend démontrer que ses solutions robotisées ne connaissent pas de limites supérieures en terme de taille d’élevage. Dans le domaine de la traite, le constructeur a annoncé avoir livré récemment la bagatelle de 44 robots Astronaut dans une exploitation située dans l’Est de l’Allemagne. Outre les équipements dédiés, Lely propose aux grandes exploitations laitières le fruit de son expertise sous le label Dairy XL, lequel met en oeuvre des indicateurs technico-économiques inédits tels que le volume de lait par heure payée.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier