Les Arion 500 et 600 de Claas montent en puissance et en gamme

Raphaël Lecocq

La gamme Arion propose du 160 ch en 4 ou 6 cylindres au choix
Claas

Les 7 modèles développent entre 145 ch et 184 ch de puissance maxi. Outre la motorisation conforme à la norme Tier 4i, la nouvelle génération bénéficie d’une cabine haut de gamme.

Les anciens Arion 500 et 600 comptaient 8 modèles avec un étagement de la puissance maxi compris entre 117 ch et 160 ch. Les nouveaux Arion 500 et 600 comptent 7 modèles : 3 Arion 500 4 cylindres 4,5 l de 145 ch à 163 ch et 4 Arion 600 6 cylindres 6,8 l de 158 ch à 184 ch. L’évolution de la puissance est significative et s’inscrit dans la quête de polyvalence qui sied à ces gammes, aussi bien à l’aise au chargeur frontal qu’au transport (40 t de Ptra) et aux travaux des champs, avec comme argument un empattement long, un équilibre des masses entre l’avant et l’arrière et un poids compris entre 5,8 t et 7,8 t selon les modèles. Pour rappel, la gamme inférieure, les Arion 400, se décline en trois modèles de 95 ch, 105 ch et 115 ch. Côté technologie moteur, le respect de la norme anti-émissions Tier 4i passe notamment par l’adoption d’un filtre à particules (logé sous le capot moteur) et se dispense de second fluide (AdBlue).

Cabine haut de gamme

En ce qui concerne la cabine, Claas s’est inspiré de ses modèles haut de gamme que sont l’Axion 900 et le Xerion pour bâtir le cahier des charges de celle des Arion 500 et 600. La vision panoramique est maximisée, notamment par la position avancée des deux montants arrière latéraux. La suspension en quatre points et la colonne de direction réglable flattent le confort tandis que l’ergonomie des commandes trouve son point d’orgue avec la version Cebis et son accoudoir multifonctions Cmotion et son terminal Cebis. La transmission Hexashift offre quatre gammes robotisées et six passages sous charge, soit 24 vitesses sans débrayer grâce à l’automatisme Hexactiv. Inverseur électro-hydraulique Revershift et sélection automatique Speedmatchning complètent les automatismes de la transmission. Renforcé, le train arrière des Arion 500 et 600 peut supporter des pneumatiques 710/60 R38 tandis que le pont avant bénéficie d’une suspension à roues indépendantes.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier