Les entreprises de travaux s’investissent dans la certification phytosanitaire

Raphaël Lecocq

Les entreprises de travaux s’investissent dans la certification phytosanitaire
Première échéance le 1er octobre 2012 avec le choix d’un organisme certificateur

Le 1er janvier 2013, les entreprises réalisant des chantiers de pulvérisation devront être agréées, de même que leurs salariés opérateurs. Mais les agriculteurs sont aussi concernés.

Comment faire d’une contrainte une opportunité ? Telle est, en substance, la position des entreprises de travaux face à la perspective de la réforme de l’agrément phytosanitaire. Inscrite dans le Grenelle de l’environnement, la certification phytosanitaire ne concerne pas seulement les prestataires de services, mais les agriculteurs eux-mêmes qui devront, dès lors qu’ils sont applicateurs, être détenteurs d’un certificat individuel à compter du 1er octobre 2014. Les entreprises de conseil et de distribution de spécialités sont également concernées par la certification. Pour les entreprises de travaux réalisant les prestations de service, il existait déjà une procédure d’agrément. La nouvelle formule s’avère plus contraignante. Mais en élargissant ses prérogatives aux agriculteurs, elles ouvre potentiellement des perspectives de développement aux entreprises prestataires.

Première échéance avant le 1er octobre 2012

 « Si la nouvelle certification représente une charge supplémentaire pour nos entreprises, c’est aussi une opportunité pour accompagner les agriculteurs vers une meilleure protection de l’environnement, indique Gérard Napias, président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (Fnedt). Passer le cap de la certification ne sera pas évident pour beaucoup d’entreprises de travaux agricoles et forestiers. C’est la raison pour laquelle la Fnedt se mobilise à travers une campagne d’information et en préparant des outils de description et d’enregistrement des travaux d’application des produits phytosanitaires ». Pour les prestataires de services, la première étape consiste à signer un contrat avec un organisme certificateur avant le 1er octobre 2012. L’audit de certification devra quant à lui être réalisé avant le 1er janvier 2013.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires