Les moissonneuses-batteuses non conventionnelles toujours plus nombreuses

Raphaël Lecocq

Les machines non conventionnelles voient leur part de marché s’accroître en France

Au cours de la saison passée, les machines non conventionnelles ont représenté près de 4 ventes sur 10. Davantage de modèles, de débit et de respect de la paille expliquent le phénomène.

Axema, l’Union des industriels de l’agroéquipement, clôt les statistiques du marché des moissonneuses-batteuses et des ensileuses le 31 août. Les chiffres de la campagne écoulée sont donc connus depuis fort longtemps. Pour mémoire, l’exercice 2010/2011 s’est achevé avec la commercialisation de 2008 moissonneuses-batteuses, soit une hausse de 22,6 % par rapport à l’exercice 2009/2010. Concernant les perspectives de la campagne en cours, Axema a communiqué les chiffres arrêtés au 29 février dernier : ils font état d’une nouvelle progression du marché, de 10,6 %. Le marché 2011/2012 pourrait s’établir aux alentours de 2100 machines. En ce qui concerne les ensileuses automotrices, le marché 2011/2011 s’est achevé avec la vente de 296 machines, en hausse de 23,3 % par rapport à 2009/2010. Axema table sur un niveau équivalent en 2011/2012.

Progression des non conventionnelles

Le marché des moissonneuses-batteuses se scinde en deux catégories de machines, dites conventionnelles et non conventionnelles. Les machines conventionnelles disposent d’un batteur et d’un contre-batteur en position transversale, précédant l’entrée en action de secoueurs longitudinaux assurant la séparation et le nettoyage. Les machines non conventionnelles sont caractérisées par des architectures différentes au niveau du battage, de la séparation ou du nettoyage. Case IH a longtemps été le seul et unique promoteur des machines non conventionnelles et sa gamme Axial demeure 100 % non conventionnelle. Les autres constructeurs ont quant à eux développé des modèles non conventionnels sans abandonner pour autant le concept traditionnel sur une partie de leur gamme. Les machines non conventionnelles répondent à des objectifs de débit de chantier. Ces machines qui avaient la réputation de maltraiter la paille et de pénaliser le pressage ont en grande partie corrigé ce défaut. En 2010/2011, les moissonneuses-batteuses non conventionnelles ont représenté près de 38 % des ventes contre 34 % il y a 5 ans.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier