Les pépinières Duvigneau inventent une planteuse-palisseuse automatique

Raphaël Lecocq

Les pépinières Duvigneau vont commencer par construire trois ensembles pour leurs propres besoins, avant de se lancer dans la commercialisation
Duvigneau

La machine aaccroît fortement la productivité des chantiers de palissage des vignes et haies fruitières. Les pépinières Duvigneau pourraient filialiser cette activité prometteuse. Citation au Vinitech-Sifel.

Les pépinières Duvigneau (33) n’en sont ni à leur première fabrication « maison », ni à leur première distinction. En 2010, l’entreprise avait déjà été primée au Vinitech-Sifel pour une machine à planter la vigne et les arbres, guidée par GPS. Cette année, c’est machine capable de planter les piquets (fer ou bois), de dérouler les fils de fer avant de les agrafer ou de les clouer qui lui vaut une citation au palmarès de l’innovation. Thierry Duvigneau est parti d’une mini-pelle sur laquelle il a greffé trois fonctions différentes. Il a remplacé la pelle par un enfonce-pieu hydraulique. Il a troqué la lame frontale pour une petite remorque-godet emportant le stock de piquets. Il a enfin attelé à l’arrière de la mini-pelle une remorque embarquant un dérouleur de fils de fer doublé d’un compresseur. Le positionnement des piquets est assuré par une antenne RTK fixée sur l’enfonce-pieu

3 opérateurs au lieu de 7

Trois opérateurs sont requis pour assurer le travail de deux rangs complets par passage : un premier aux commandes de la mini-pelle, notamment pour déclencher l’enfonce-pieu, un deuxième affecté à la manutention des piquets et un troisième à la fixation des fils de fer. « Là où nous plantions 600 piquets à sept personnes en une journée, nous espérons en planter 1000 à trois personnes pendant la même journée », assure le pépiniériste-concepteur. Pour mettre au point ses concepts, Thierry Duvigneau s’appuie sur des partenaires spécialistes de la mécanique, de l’hydraulique ou encore de l’informatique. Chacun a son cahier des charges et l’assemblage des compétences aboutit à la mise au point de la machine. « Je suis le développeur des machines mais en même temps le premier utilisateur, poursuit Thierry Duvigneau. Vis à vis de mes clients, j’ai une obligation de résultat. J’engage la responsabilité de mon entreprise, depuis la préparation de sol à la mise en place du palissage en passant par la fourniture de plants et la plantation». Les gains de productivité offerts par cette machine et son potentiel de développement, en vigne mais également en verger, devraient conduire le pépiniériste à filialiser cette activité.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier