Les premiers matériels certifiés « Eco-Epandage » pour fin 2013

Raphaël Lecocq

La variabilité des produits organiques à épandre ne facilite pas la tâche des constructeurs
Rolland

A l’occasion du Sima, les porteurs du projet Eco-Epandage ont présenté les modalités de la certification des épandeurs et tonnes. Premiers autocollants fin 2013.

Les 8 points du référentiel Eco-Epandage

Le référentiel Eco-Epandage a fait l’objet d’un concertation entre les constructeurs (Axema), les utilisateurs (Apca, Fncuma, Fnedt), en lien avec l’organisme certificateur Aucert. Il s'appuie sur huit points qui feront l'objet de contrôles et de vérifications par des passages au banc, par calcul logiciel et par sondage.

1. Épandre une dose constante à vitesse constante

2. Épandre une dose constante à vitesse variable

3. Assurer une répartition transversale régulière

4. Assurer une répartition longitudinale régulière

5. Maîtriser le tassement des sols

6. Faciliter l'utilisation optimale de l'outil par la production de notices

d'instruction claires

7. La mise en route assistée réalisée de façon systématique

8. Une formation adaptée proposée lors de l'acquisition

Un certificat de conformité, une plaque Eco-Epandage apposée sur la machine ainsi que des autocollants, une mise en route systématique du matériel par le concessionnaire, une proposition de formation aux acheteurs d’un matériel certifié, formation portant sur l’agronomie, les réglages et la sécurité de la machine, un site internet dédié présentant les constructeurs engagés dans la démarche et le liste des machines certifiées : tels sont les principaux volets de la certification Eco-Epandage. Les premiers matériels certifiés devraient apparaître sur le marché fin 2013.

La certification Eco-Epandage vise à garantir un épandage intelligent et tracé

On n’épand plus, on distribue

Lancé début 2011, le projet de certification Eco-Epandage est une première en Europe. Il vise à supprimer le relatif empirisme qui prévaut encore dans le domaine des épandages d’effluents d’élevage, en garantissant aux utilisateurs la maîtrise totale de la dose/ha épandue et l’uniformité de sa répartition sur l’ensemble de la surface. Il s’agit ni plus ni moins que de rouler dans les traces des distributeurs d’engrais minéraux. Les enjeux, faut-il le préciser, sont agronomiques, économiques et écologiques. Porté à l’origine par Pichon et Rolland, le projet Eco-Epandage rallie Irstea, les Chambres d’agriculture de Bretagne, VetAgro Sup. Il a reçu le soutien du ministère de l’Economie des finances et de l’industrie.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires