Lignes électriques et sécurité : Un détecteur de champ électrique dédié aux matériels

Raphaël Lecocq

Le danger d'électrocution existe sans même toucher les lignes à haute tension. La société Made a conçu un détecteur de champ électrique dédiés aux machines mobiles.

Sur des lignes électriques à haute tension de 50 000 Volts, quand une machine ou une de ses extensions entre dans un rayon de 3 m autour de la ligne, il existe un risque de production d'arc électrique pouvant engendrer les mêmes méfaits qu'un contact direct, autrement dit l'électrocution du chauffeur. Les lignes d'un tel voltage sont théoriquement distantes de 6 m du sol. Mais cette distance n'est pas toujours respectée. Qui plus est, l'envergure de certains matériels ne cesse de se développer. Les goulottes de moissonneuses-batteuses et d'ensileuses en sont une illustration mais on trouverait des exemples avec certaines rampes de pulvérisateurs.

Alarme visuelle et sonore

Basée à la Farlède (83), Made est une Pme spécialisée dans le traitement de signal numérique rapide, ce qui inclut la détection des lignes électriques aériennes. Imaginé au départ pour les pompes à bétons, le boîtier Detect Line intéresse aujourd'hui plusieurs constructeurs de matériels agricoles, dont John Deere pour ses ensileuses. Le détecteur se compose d'un capteur positionné sur le toit de la machine et d'un boîtier de traitement situé en cabine. Une double alarme visuelle et sonore prévient le chauffeur de son entrée dans une zone à risque, paramétrable dans une fourchette de 20 à 30 m. Son prix de revient est de 3600 euros. On peut imaginer, pour ne pas dire souhaiter, un développement de ce genre d'équipement sur les matériels à risques.

Les ensileuses et leur goulotte figurent parmi les matériels susceptibles d'entrer en contact avec des lignes électriques (Doc Made)

Les ensileuses et leur goulotte figurent parmi les matériels susceptibles d'entrer en contact avec des lignes électriques (Doc Made)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier