Machinisme et Agriculture écologiquement intensive (AEI) : La gestion intra-parcellaire des intrants gagne du terrain

Raphaël Lecocq

Finie l'agriculture de précision, place à la gestion intra-parcellaire des interventions culturales, à commencer par celles qui mettent en oeuvre les intrants. Semences, engrais, pesticides, répartis uniformément sur toute la parcelle : peut mieux faire.

Le concept d'agriculture de précision est apparu à la fin des années 90. A partir de cartographies de rendements, l'idée était de moduler les intrants pour faire coïncider le plus strictement possible les différents apports avec le potentiel de chaque arpent, sinon de chaque cm2. L'ha perdait soudain de ses prérogatives. Cependant, l'agriculture de précision a longtemps été en proie à des problèmes d'interprétation des données collectées, rendant difficile leur transcription en préconisations. Le concept s'est alors quelque peu fait oublier. Les difficultés se sont dénouées il y a quelques années, grâce à l'émergence de nouvelles technologies, quand, coïncidence fortuite, la pression environnementale virait à l'oppression.

Merci la technologie

Ces technologies, quelles sont-elles ? Elles se nomment capteurs de rendement, géolocalisation, Isobus, analyses satellitaires, logiciels divers et variés. Sur les machines proprement dites, elles se matérialisent par de nouveaux équipements : distribution électrique sur les semoirs, coupure des tronçons de rampes sur les pulvérisateurs, dispositifs de modulation sur les distributeurs d'engrais centrifuges. D'un point de vue financier, l'agriculture de précision a aussi trouvé son modèle économique. En face du prix et des investissements à consentir dans les nouvelles technologies, des économies de charges sinon des gains de rendements peuvent être mis dans la balance. Une équation qui n'allait pas de soi il y a quelques années.

La modulation des apports d'azote sur blé est envisageable grâce des capteurs de biomasse embarqués (Doc SAT :plan)

La modulation des apports d'azote sur blé est envisageable grâce des capteurs de biomasse embarqués (Doc SAT :plan)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires