Manutention : Manip présente une nouvelle génération de commande électrique

Raphaël Lecocq

Les commandes électriques ont radicalement modifié le pilotage des chargeurs frontaux. Manip présente la 2ème génération de sa Manip'Drive, pour un maniement toujours plus précis.

Les commandes électriques ont fait leur apparition sur les chargeurs frontaux il y a environ une dizaine d'années. Les commandes électriques se positionnent en alternative aux commandes hydrauliques. Elles cumulent un certain nombre d'avantages. Elles permettent de réduire l'amplitude des mouvements de la main, sont progressives, autorisent la combinaison de fonctions et s'intègrent mieux en cabine. Bref, elles jouent dans le confort (réduction du bruit et des vibrations), l'efficacité et la productivité de chantier. Un seul regret : elles sont trop souvent proposées en option.

Technologie « pas à pas »

Manip figurait parmi les premiers fabricants à introduire les commandes électriques sur ses gammes de chargeurs, en alternative aux commandes hydrauliques. Aujourd'hui, le fabricant présente une nouvelle génération, répondant au nom de Manip'Drive 2. Elle intègre des moteurs électriques dits « pas à pas », en usage dans d'autres industries et applications (robotique, freinage pneumatique). Cette technologie permet d'adapter la vitesse du chargeur à la vitesse de la main. La commande Manip'Drive 2 est matérialisée par un nouveau joystick contrôlant de multiples fonctions (montée, descente, position flottante, bennage, cavage, 3ème et 4ème fonction, verrouillage et déverrouillage hydraulique des outils, système de repositionnement automatique de l'outil). La commande Manip'Drive 2 est disponible en option sur les gammes MPower et MP'A.

La commande Manip'Drive 2, intégrant des moteurs électrique « pas à pas », est matérialisée par un nouveau joystick (Doc Manip)

La commande Manip'Drive 2, intégrant des moteurs électrique « pas à pas », est matérialisée par un nouveau joystick (Doc Manip)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier