MécaFourrages 2017 : du foin de légumineuses dans les règles de l’art

Raphaël Lecocq

MécaFourrages 2017 : du foin de légumineuses dans les règles de l’art

Riches en protéines, les légumineuses flattent l’autonomie alimentaire. Encore faut-il que le potentiel sur pied se retrouve à l’auge. Itinéraire du fauchage au pressage.

Chez les légumineuses, la différence de de valeur nutritive entre les feuilles et les tiges est beaucoup plus importante que chez les graminées. Autrement dit, la perte de feuilles au cours des différentes phases de la fenaison est beaucoup plus préjudiciable pour les légumineuses que pour les graminées. Ces pertes peuvent s’élever à 20 % dans les situations les plus critiques. Plus sensibles que les graminées, les légumineuses ont néanmoins les mêmes exigences en ce qui concerne la dessiccation. Il s’agit de passer de 20 % de matière sèche au moment de la fauche et à 80 % au moment du pressage du foin, dans le minimum de temps pour déjouer les aléas climatiques. Pas simple mais jouable.

Pierre Lépée, conseiller agroéquipement Chambre d’agriculture de la Creuse

Verdict à la fauche

La Chambre d’agriculture de la Creuse, en collaboration avec la station Arvalis de la Jaillère (44) a comparé en 2016 différents types de faucheuses : classique à plat, conditionneuse à doigts, conditionneuses à rouleau en fer et conditionneuse à rouleau en polyuréthane. La classique à plat et les conditionneuses à rouleau, quelles qu’elles soient, engendrent le moins de pertes », souligne Pierre Lépéee, conseiller agroéquipement Chambre d’agriculture de la Creuse. « On est sur des niveaux de 150 à 180 kg/ha de matière sèche, contre plus du double pour les conditionneuses à doigts, sur un potentiel sur pied de 4 t/ha. On peut néanmoins limiter les pertes avec ces dernières, à condition de réduire la vitesse du conditionneur. Mais pour le faire, encore faut-il que les éleveurs disposent d’une solution facile à mettre en œuvre, autrement dit d’une boite de vitesse évitant les manipulations fastidieuses de démontage de carters. Mais de marques proposent cette option ». 

Toupies à boitiers réducteurs

Peu de différence au fanage et pour cause : les concepts ne sont pas légion. Mais quand on cherche... « Certaines toupies disposent de boitiers réducteurs », poursuit le conseiller. « Elles sont utilisées dans des régions sujettes à l’humidité, pour faire des andains de nuit. On a testé ce matériel dans une modalité à andain serré, non éparpillé, dans le but d’aérer les andains. Avec cette technique, on soulève les andains, ça continue de sécher et on divise alors les pertes par deux par rapport à un fanage classique éparpillé ».

MécaFourrages 2017 : du foin de légumineuses dans les règles de l’art

Essai en cours pour les andaineurs

Peu de différence au fanage et pour cause : les concepts ne sont pas légion. Mais quand on cherche... « Certaines toupies disposent de boitiers réducteurs », poursuit le conseiller. « Elles sont utilisées dans des régions sujettes à l’humidité, pour faire des andains de nuit. On a testé ce matériel dans une modalité à andain serré, non éparpillé, dans le but d’aérer les andains. Avec cette technique, on soulève les andains, ça continue de sécher et on divise alors les pertes par deux par rapport à un fanage classique éparpillé ».

Essai en cours pour les andaineurs

Pour ce qui est de l’andainage, la Chambre de la Creuse a réalisé cette année un essai comparant cinq appareils : double rotor à andain central, double rotor à andain latéral, râteau faneur, andaineur auto-animé à soleils et andaineur à tapis. Les résultats n’ont pas encore été analysés. « Dans notre essai faucheuses, on a eu recours à un mono-rotor », explique Pierre Lépée. « En limitant la vitesse à 280 tr/mn, on réduit les pertes à un niveau très raisonnable de 50 à 70 kg/ha de matière sèche ». Au pressage, les ameneurs rotatifs, plébiscités pour leur débit, ne ménagent pas le fourrage. La parade consiste à réaliser de très gros andains, au maximum de ce que la presse peut accepter, pour limiter le nombre de tours dans la machine et emprisonner les feuilles. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier