New Holland met les gaz sur le tracteur au biométhane

Raphaël Lecocq

Le plein des 9 cylindres s’opère entre 3 et 5 minutes auprès d’une station attenante par exemple à une unité de méthanisation
New Holland

Le T6.175 de 175 ch carbure au bioGNV, c’est à dire au biométhane, avec une autonomie comprise entre 3 et 5 heures selon l’utilisation. Son développement est lié à la construction de stations de remplissage au sein d’unités de méthanisation en injection directe.

Présenté en statique au Sima 2015, le T6 Methane Power de New Holland était à la manœuvre au salon Biogaz Europe qui s’est tenu fin janvier à Nantes (44). Quels points communs et quelles différences entre le T6.175 fonctionnant au gazole et le T6 Methane Power ? Les deux tracteurs développent la même puissance maxi (175 ch), fournie dans les deux cas par un moteur FPT (groupe Case New Holland). Mais le premier carbure au gazole et le second au GNV (Gaz Naturel Véhicule). Contrairement au gazole, qui s’enflamme par compression, le GNV nécessite le recours à des bougies. Mais il se dispense par contre des dispositifs de traitement des gaz d’échappement du fait qu’il émet moins de 20 % des émissions d’un moteur diesel. Une économie qui compense les surcoûts liés à l’aménagement des réservoirs. Le T6 Methane Power reçoit neuf cylindres au gaz localisés sous la châssis et dans les montants arrière de la cabine.  La capacité totale de 300 litres, soit 52 kg de méthane comprimé, procure une autonomie comprise entre 3 et 5 heures selon l’usage.

L’autonomie du T6 Methane Power varie entre 3 et 5 heures selon les sollicitations

Station de remplissage

Sous ses marques Fiat et Iveco, le groupe CNH développe des véhicules utilitaires (fourgon, bus, camions à ordures) à usage urbain et fonctionnant au GNV, moins polluant que le gazole. A la campagne, pour assurer le développement des T6 fonctionnant au GNV, ces derniers devront pouvoir se ravitailler dans leur environnement proche. Rien d’impossible. Il suffira pour cela de se rapprocher  d’une unité de méthanisation, valorisant le biogaz en injection dans le réseau (et non en co-génération) et investissant en prime dans une station de remplissage. C’est le cas par exemple d’Agribiométhane à Mortagne-sur-Sèvre (85). Outre les tracteurs, des véhicules de collectivités et de particuliers seraient susceptibles de valoriser cette énergie compétitive, renouvelable et moins impactante pour l’environnement.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier