Pellenc à la conquête des vignes chinoises

Raphaël Lecocq

Pellenc a démarré la production de machines à vendanger en 1993, 20 ans après sa création. L’Optimum représente la 4ème génération de machines.
Pellenc

En 2014, le constructeur à réalisé 54 % des ses 182 millions de chiffre d’affaires à l’export. Ses machines à vendanger partent désormais à la conquête du vignoble chinois. En attendant l’Amérique du Sud et l’Asie Pacifique.

Basé à Pertuis (84), le groupe Pellenc a vu son chiffre d’affaires croître de 38 % en 2014 pour atteindre les 182 millions d’euros. Un bond en avant qui s’explique en grande partie par les acquisitions récentes du fabricant d’équipements vinicoles Pera et du constructeur d’enjambeurs Lauprêtre et dont l’intégration tend d’ailleurs à diluer l’activité export, qui concentrait 75 % du chiffre d’affaires en 2013. La croissance externe n’explique pas tout. Les performances de Pellenc sont également le résultat du renouvellement de la gamme de machines à vendanger et par l’élargissement de la gamme d’outils électroportatifs à batterie lithium-ion.

Vendanges chinoises

En 2014, Pellenc a exporté ses premières machines à vendanger en Chine. Avec 680 000 ha, la Chine se place au 4ème rang des surfaces viticoles mondiales derrière l’Espagne, (1 M ha), la France (0,79 M ha) et l’Italie (0,75 M ha). Entre 2000 et 2013, le vignoble chinois a plus que doublé en surface, signant la plus forte progression au monde dans un contexte où les surfaces mondiales sont orientées à la baisse. Pellenc nourrit aussi des ambitions en Amérique du Sud et en Asie Pacifique. Le constructeur revendique une part de marché mondiale de 34 % en machines à vendanger. En 2014, Pellenc a par ailleurs ouvert une filiale en Afrique du Sud, qui compte environ 130 000 ha de vignes. Pellenc est depuis fin 2014 détenu à 100 % en nue-propriété par Edify (ex Somfy Participations), une société issue du groupe Somfy spécialisée dans l’investissement dans les Eti et Pme. Le fondateur Roger Pellenc demeure le président de l’entreprise jusqu’à l’échéance de l’usufruit au plus tard le 30 juin 2017.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier