Pellenc ouvre sa 15ème filiale en Afrique du Sud

Raphaël Lecocq

Pellenc compte prendre sa part au développement de la récolte mécanique en Afrique du Sud
Pellenc

Le constructeur de machines à vendanger poursuit son internationalisation. Le vignoble sud-africain totalise 131 000 ha avec un taux de mécanisation de la récolte de 59 %.

Présent dans 50 pays via son réseau de distributeurs, Pellenc compte des filiales en Espagne, Italie, Slovaquie, Chine, Australie, Etats-Unis, Maroc et Chili. L’Afrique du Sud n’est pas un territoire inconnu pour le groupe Pellenc puisque deux distributeurs assuraient sa présence dans ce pays. Deux distributeurs qu’il vient de racheter pour créer Pellenc South Africa. Constituée d’une équipe de dix personnes dont cinq techniciens Sav, Pellenc escompte développer ses ventes de machines dédiées à la viticulture (châssis porteur, tête de récolte, outils) et à la vinification (tri, éraflage, pressoir sous les marques Pellenc et Pera). En ce qui concerne la récolte en particulier, Pellenc indique que le marché de la machine à vendanger en Afrique du Sud oscille entre 20 à 25 ventes annuelles. Le taux de mécanisation de la récolte est de 59 %..

9ème producteur mondial de vin

Le vignoble sud-africain compte actuellement 131 000 ha, en relative stabilité. L’Afrique du Sud se place au 9ème rang mondial, tant en surface qu’en production. Selon l’Organisation internationale de la vigne et du vin (Oiv), le pays a produit près de 11 millions hl en 2013 et en exporte environ 33 % avec comme principaux destinataires le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Allemagne.  La production est orientée aux deux tiers en vin blanc (chenin, colombard, chardonnay…)  et un tiers en rouge (cabernet sauvignon, shiraz, merlot…). Le vignoble sud-africain est l’un des plus anciens du nouveau monde. Il a été implanté au XVIIème par des Huguenots français puis développé par les hollandais. Sous l’influence d’un climat de type méditerranéen, le vignoble est irrigué à 95 %.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier