PneuTrac, le pneu-chenille de Mitas

Raphaël Lecocq

Sous la charge, le PneuTrac s’écrase dans le sens longitudinal et adopte un profil de chenille
Mitas

Le manufacturier développe un pneumatique insolite sur une jante conventionnelle. Trois références sont actuellement en cours de test pour une commercialisation envisagée fin 2017.

Une surface de contact supérieure de 53 %, une force de traction supérieure de 48 %, une rigidité latérale supérieure de 167 %, le tout à une pression deux fois moindre, soit 0,8 bar : telles sont les performances comparées du PneuTrac 280/70 R18 avec un pneumatique standard de la même dimension. Le manufacturier tchèque avait présenté cette innovation à l’Agritechnica 2013 avant de recevoir le prix de l’innovation dans la catégorie Composants et accessoires à l’Eima 2014. Mitas réalise actuellement des essais sur le terrain en République tchèque, avec un tracteur John Deere 6150 R dont l’essieu avant est équipé du PneuTrac 480/65 R28 et l’essieu arrière du PneuTrac 600/65 R38. Le premier est crédité d’une force de traction supérieure de 25 % à celle d’un pneu standard et de 15 % à celle d’un pneu IF (Improved flexion). Le second démontre une force de traction supérieure de 10 % à celle d’un pneu standard et de 7 % à celle d’un pneu IF.

Sur la trace des chenilles

En 2016, Mitas va comparer les performances du PneuTrac à celles de trains de chenilles. Le manufacturier mise sur une commercialisation d’ici à la fin de l’année 2017 du concept PneuTrac, développé en partenariat avec Galileo Wheels. Mitas est un manufacturier tchèque dont les origines remontent aux années 1930. Les pneus agricoles concentrent plus de 70 % de sa production contre 21 % pour les pneus industriels, les pneus pour bicyclettes, motos, camions et avions complétant sa production. Le manufacturier commercialise ses pneus sous trois marques : Mitas, Cultor et Continental (sous licence depuis 2004). Mitas possède cinq sites industriels, dont trois en République Tchèque, un en Serbie et un aux Etats-Unis.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier