Relevage-palissage : La palisseuse à bandes au banc d'essai

Raphaël Lecocq

Inventée par un viticulteur alsacien, la releveuse-palisseuse à bandes DMP Concept va faire ses premières armes cette année. Elle sera notamment mise à l'épreuve dans le sud-ouest.

Le principe du relevage par des bandes sans fin n'est pas inédit. Il a simplement été relancé et perfectionné par la société alsacienne DMP Concept, née de la collaboration entre un viticulteur, un spécialiste de l'agrafe biodégradable et un mécanicien. Intérêt majeur des bandes sans fin : leur légèreté, comparée aux vis sans fin en usage chez plusieurs constructeurs. Les concepteurs y ont adjoint une tête d'agrafage brevetée, rechargeable depuis le poste de conduite, animée par deux vérins hydrauliques.

Ficelle biodégradable

La palisseuse déploie deux fils en polypropylène, qui sont agrafés sur commande depuis le poste de conduite. Les agrafes biodégradables sont susceptibles de résister au passage ultérieur éventuel d'une machine à vendanger, sans risquer de laisser des traces durables dans la parcelle. Le constructeur expérimente actuellement une ficelle biodégradable, en lieu et place des fils en polypropylène. La machine progresse à la vitesse de 5 km/h. Sa légèreté autorise tout type de montage possible. Plusieurs prototypes de la palisseuse à bandes ont donné satisfaction dans les vignobles champenois et alsaciens, où elle était testée en 2008. La machine fera cette année son apparition dans les vignobles du sud-ouest.

La palisseuse à bandes peut prendre place sur un tracteur interligne comme sur un enjambeur

La palisseuse à bandes peut prendre place sur un tracteur interligne comme sur un enjambeur

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires