Sulky adapte sa trémie frontale au semoir à dents Kronos

Raphaël Lecocq

Une trémie frontale de 1000 l ou 1800 peut être combinée au Kronos TF en 5,60 m ou 6 m de large
Sulky

La trémie est proposée en 1000 l ou 1800 l. Le Kronos TF est disponible en 5,60 m et 6 m repliable.

Sulky crée une filiale commerciale au Royaume-Uni

Dans le cadre de sa stratégie de développement sur les marchés export, Sulky crée sa première filiale sur le marché du Royaume-Uni. Jusqu’à présent, le constructeur commercialisait ses produits via un importateur exclusif. Le choix de ce changement s’explique par la volonté d’accélérer le développement de la marque française sur le 3ème marché européen du machinisme. Le siège social ainsi qu’un centre logistique pour les pièces de rechange sont situés à Bourne (Lincolnshire). Huit personnes assurent la promotion, la vente et le service après-vente.

La trémie frontale développée par Sulky pouvait jusqu’à présent être associée à des semoirs combinés herse rotative, à des déchaumeurs pour implanter des couverts ou encore à des semoirs monograine pour localiser les engrais minéraux. Elle peut désormais être associée au semoir à dents Kronos, sous la dénomination Kronos TF (trémie frontale). Cette configuration participe à l’équilibre des charges entre l’avant et l’arrière du tracteur. Le Kronos TF est apte à semer dans des préparations très superficielles à la vitesse de 12 km/h voire 15 km/h.

Les avantages du semoir à dents

Le Kronos est doté d’un châssis comptant 5 rangées de dents droites semi-rigides.  La profondeur de travail est pilotée par des roues de terrage à l’avant et par un rouleau caoutchouc souple faisant aussi office de réappui. Le dosage et la distribution pneumatique de la trémie avant sont assurés par le système ADS et son monodoseur animé par un moteur électrique à prise de vitesse radar, le tout sous contrôle de la console Pilot. Le principe de l’enterrage à dents revêt de nombreux intérêts. Il est peu exigeant en puissance (30 ch/m), indifférent aux débris végétaux (moyennant de l’espace sous bâti et entre dents), apte au semis direct, d’une conception simple et au final peu onéreux. Dépourvu d’un contrôle individualisé de la profondeur de semis, il exige cependant une bonne planéité du sol.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier