Toutilo, un « cobot » au service des maraîchers

Raphaël Lecocq

Toutilo supprime la répétition des stations « débout – à genou » en gardant les mains libres 90 % du temps
Touti Terre

Développé par une famille de maraîcher-électronicien-ergonome-designer, Toutilo est un autoporteur enjambeur électrique soulageant le travail manuel, doublé de fonctions mécanisées. La start-up Touti Terre escompte en commercialiser 100 exemplaires d’ici à 2018.

Robotique… robot. Cobot… cobotique. La cobotique est un néologisme créé à partir des termes coopération et robotique. A la différence d’un robot, qui opère en totale autonomie sous la gouverne d’un programme informatique, un cobot met en œuvre une collaboration homme-machine. « La fonction essentielle de Toutilo, inscrite dès le départ dans le cahier des charges, consiste à offrir une position de travail qui réduise significativement la pénibilité du travail des maraîchers », explique Flore Lacrouts-Cazenave, présidente de Touti Terre. « Sur Toutilo, l’opérateur est allongé sur le ventre, face au sol, suspendu à une hauteur réglable entre 10 cm et 50 cm au-dessus de la planche de légumes. Ses mains sont libres de semer, de planter ou de désherber. L’opérateur a aussi la main sur un joystick pour modifier, le cas échéant, l’allure et la direction de l’autoporteur ». 

Toutilo offre aussi une position assise conventionnelle, pour assurer par exemple le déplacement de charges

Soulager l’opérateur, mécaniser des tâches

L’objectif numéro un de Toutilo, c’est de supprimer la répétition des multiples stations « débout – à genou » générées par les différentes interventions manuelles réalisées à même le sol sur des planches de légumes. Toutilo offre aussi une position assise conventionnelle, pour assurer par exemple le déplacement de charges. L’autoporteur dispose d’un contrôle électronique de trajectoire, qui permet de travailler mains libres 90 % du temps. Pour accroître la polyvalence et la rentabilité de son autoporteur enjambeur, le constructeur a greffé des modules mécanisés permettant de réaliser plusieurs tâches en un seul passage. « Des éléments de désherbage, de sarclage et de binage peuvent être montés sur les barres avant et arrière de l’autoporteur. Dans cette configuration, l’opérateur réalise manuellement un travail de finition, le tout en un seul passage et avec une faible pénibilité. On dispose également d’un outil de pointage du sol pour assister les opérations de plantation ». Toutilo est animé par des batteries lui assurant une autonomie de plus ou moins huit heures selon la topographie des planches. L’autoporteur enjambeur est disponible en 80 cm, 120 cm et 140 cm, les deux dernières références pouvant accueillir deux opérateurs.

Polyvalence et rentabilité

Dans la catégorie des assistants de travail en maraîchage, Toutilo se situe entre les porte-outils sur tracteurs et la chariots transportant les personnes en position allongée. Les premiers retours d’expérience font état d’une utilisation quotidienne moyenne comprise entre 3 et 6 heures en saison, en phase avec les impératifs de rentabilité, non comptés les bénéfices en terme de santé pour les opérateurs. La Mutualité sociale agricole a du reste apporté son soutien au projet. Le prix de vente se situe entre 15 000 euros et 25 000 euros selon la configuration. Quelques dizaines d’exemplaires sont à l’ouvrage en France depuis quelques mois et des perspectives semblent aussi se dessiner à l’étranger. Basée à Rumilly (Haute-Savoie), Touti Terre compte actuellement 5 salariés, dont plusieurs membres familiaux aux postes de mécatronicien, de designer industriel, de mécanicien, sans oublier la maraîchère conseillère, en la personne de Laurence Lacrouts-Cazenave. La start-up a bénéficié du soutien financier de Linksium, une société d’accélération du transfert de technologies, qui bénéficie d’un engagement de l’Etat de 57 millions d’euros sur une période de 10 ans dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA)

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires