Tracteur et sécurité : Les structures anti-retournement toujours à la peine

Raphaël Lecocq

Depuis le 1er janvier 2010, tout tracteur de plus de 600 kg en service sur une exploitation doit être équipé d'une structure de protection contre le renversement. Equipementiers, artisans ruraux et services de prévention se mobilisent pour forcer le respect de loi.

Depuis 1977 pour les modèles standards et depuis 1988 pour les modèles vignes et vergers, les tracteurs agricoles sortent obligatoirement d'usine avec une structure de protection contre le renversement (Spcr), autrement dit un arceau de sécurité, sinon avec une cabine remplissant, entre autres, cette fonction. Les agriculteurs qui se seraient délestés dudit arceau par commodité (hauteur sous porte, sous branches…) sont vivement invités à le réinstaller, sous peine d'enfreindre la loi (article L.752.2-9-1 du Code rural en vigueur depuis le 1er janvier 2010), sans compter les risques encourus. Le renversement du tracteur est la première cause de mortalité des agriculteurs au contact d'un engin : 74 décès ont été recensés entre 2004 et 2007.

Défaut d'équipement

De très nombreux tracteurs antérieurs à 1977 pour les standards et 1988 pour les spécialisés sont encore en service dans les exploitations. Et sont le plus souvent dépourvus d'arceau. Une enquête menée par la Msa en 2006 dans quatre cantons du Tarn indiquait que 60 % des exploitations disposaient alors d'un tracteur non équipé d'arceau, 24 % en possédant même deux non équipés. En 2010, la Msa avait mené une campagne nationale de prévention contre ce risque professionnel. Le Sima lui donnera l'occasion de revenir sur ce thème, entre autres messages (vibrations, conception de local phytosanitaire, signalisation des engins agricoles, situations professionnelles multirisques).

Arceaux adaptables

L'installation d'une structure de protection obéit à un cahier des charges strict, gage d'efficacité et garantie d'assurance. Le Cemagref a développé un logiciel propre destiné à configurer une structure pour n'importe quel type de tracteur. L'équipementier Buisard s'en est inspiré pour proposer une gamme d'arceaux adaptables. De son côté, la Fédération nationale des artisans ruraux (Fnar) a mobilisé ses adhérents pour apporter des réponses à chaque cas. Le prix d'une structure de protection contre le renversement varie entre 800 et 1500 euros. Un prix très étudié mais parfois déplacé, eu égard à la valeur du tracteur à équiper. La présence d'un arceau ne dispense évidemment pas des principes de prudence en matière de conduite, notamment dans les situations à risques : centre de gravité rehaussé ou excentré, base de stabilité réduite, vitesse élevée, rayon de braquage serré, assiette du tracteur inclinée.

Buisard propose des modèles d'arceau pouvant s'adapter à de nombreux modèles de tracteurs (Doc Buisard)

Buisard propose des modèles d'arceau pouvant s'adapter à de nombreux modèles de tracteurs (Doc Buisard)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier