Transmission Vario : 20 ans et 250 000 unités plus tard

Raphaël Lecocq

De gauche à droite, Michael Gschwender, directeur IT et finances, Peter-Josef Paffen, président du directoire de Fendt et Ekkehart Gläser, directeur de production, célèbrent la 250 000ème transmission Vario
Fendt

Présentée à l’Agritechnica de 1995, la transmission à variation continue de Fendt s’est généralisée à toute la gamme en 2009, des tracteurs spécialisés dès 50 ch au dernier-né, le 1000 Vario et ses 500 ch.

La transmission a fait sa première apparition sur un Fendt 926 en 1995

De 20 m/h à 60 km/h : telle la progressivité offerte par la transmission à variation continue Vario. Une transmission qui explique en grande partie le positionnement premium de la marque. Fendt n’est pas seulement pionnier en la matière : il est aussi le seul constructeur à déployer cette offre sur l’ensemble de sa gamme, sans autre choix ! Les transmissions Vario sont produites sur le site de Marktoberdorf en Allemagne, où 800 salariés réalisent l’intégralité de la fabrication, des arbres aux boitiers en passant par les engrenages, à raison de 100 unités quotidiennes.

La 250 000ème transmission à variation continue Vario est celle d’un Fendt 1000 Vario

La VarioDrive sur le 1000 Vario

Depuis 2009, la transmission Vario équipe les tracteurs spécialisés de la série 200, supprimant au passage le tunnel central. En 2015, le constructeur présentait au Sima la 1000 Vario, culminant à 500 ch. Cette série est équipée de la VarioDrive qui, en plus de la variation continue, offre une distribution variable permanente de la puissance aux quatre roues motrices. Jusqu’à présent, et ce pour toutes les transmissions continues, seul l’essieu arrière du tracteur bénéficiait de l’intégralité de la puissance du moteur et celle-ci ne pouvait être transmise à l’essieu avant que lorsque ce dernier était engagé par l’utilisateur. La transmission VarioDrive permet une répartition optimale de la puissance entre l’essieu avant et l’essieu arrière en fonction de la sollicitation. Dans les faits, un moteur hydraulique dédié à l’essieu avant va rendre possible cette répartition dynamique de la puissance. Ce nouveau concept de transmission automatise par ailleurs le passage des quatre roues motrices lorsque c’est nécessaire.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier