Travail du sol : Le vignoble de Banyuls redécouvre la traction animale

Raphaël Lecocq

Chevaux et mulets font leur retour dans les vignobles escarpés des Pyrénées Orientales. Avec l'environnement, la filière équine locale est l'autre gagnante de l'opération. Mais l'équation économique reste à trouver.

Les animaux sont là avec une tradition d'élevage d'équins dans les hauts du département, confortée pour l'occasion. Les vignes propices à la traction animale sont toujours là et plus que jamais en attente de solutions alternatives aux herbicides. Enfin, les agriculteurs désireux d'introduire la traction animale dans leurs parcelles sont de plus en plus nombreux, des viticulteurs mais également des arboriculteurs et des maraîchers. Toutes les conditions sont donc réunies pour relancer la traction animale, que seuls quelques producteurs isolés n'avaient jamais abandonnée. Le projet a été relancé en 2007 dans le département et il bénéficie de larges soutiens techniques et financiers. Dernier en date : une subvention de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse.

Aides compensatoires indispensables

Le défi est cependant loin d'être gagné. « Quelle que soit la formule adoptée, acquisition de l'animal ou recours à un prestataire de service, la traction animale risque fort d'engendrer un surcoût financier comparativement aux techniques en usage actuellement, déclare Nathalie Baills, conseiller agricole au Service élevage de la Chambre d'agriculture et responsable de ce projet. Grâce au soutien de l'Agence de l'eau, nous allons pouvoir conduire une étude économique approfondie dans les mois à venir ». Les filières et producteurs concernés misent sur des aides compensatoires pour atténuer les surcoûts. La Chambre d'agriculture et le GDA du Cru Banyuls et des Albères se mobilisent également sur d'autres aspects du projet : formation au dressage et au labour, adaptation des outils, accompagnement des prestataires de service, communication. « La réintroduction des chevaux et mulets n'a aucun caractère passéiste », précise Nathalie Baills.

Quelques producteurs du Cru Banyuls n'avaient jamais abandonné le recours au cheval de trait (Doc Chambre d'agriculture des Pyrénées Orientales)

Quelques producteurs du Cru Banyuls n'avaient jamais abandonné le recours au cheval de trait (Doc Chambre d'agriculture des Pyrénées Orientales)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires