Un passage de herses pour cerner les taupinières

Raphaël Lecocq

Un passage de herses étrilles permet d’identifier les taupinières actives avant un traitement dirigé
Einböck

La terre récoltée avec les fourrages favorise le développement de bactéries nuisibles. Le passage d’une herse étrille en minimise l’impact et permet d’identifier les taupinières actives avant de les traiter.

A la veille de départ en végétation des prairies, l’Institut de l’élevage alerte les éleveurs sur les risques induits par la présence de taupinières. Ramassée avec les ensilages et les enrubannages, la terre favorise le développement de bactéries nuisibles et induit problèmes sanitaires sur les animaux de type listériose. L’étaupinage est une technique éprouvée pour réduire la contamination par des spores butyriques des fourrages récoltés humides (ensilage, enrubannage) et secs dans une moindre mesure. La pratique a en prime l’avantage de préserver la mécanique (les couteaux de faucheuse) et le confort du chauffeur.

Piégeage, appâts, gazage

Dans une démarche visant un réaliser un traitement dirigé contre les taupes, l’Institut de l’élevage recommande le passage d’une herse étrille afin de localiser les taupinières les plus fraîches. Le traitement réalisé au cours des jours suivants peut emprunter plusieurs voies : piégeage, appâts empoisonnés ou encore gazage au PH3. Cette dernière solution requiert une formation spécialisée ainsi qu’un agrément annuel. Elle peut-être confiée à un prestataire de service dûment agréé. Le prix de revient est d’environ 6 €/ha pour une infestation moyenne de 4 à 5 taupes à l’ha.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier