Un petit combiné scie-fendeur pour Rabaud

Raphaël Lecocq

Le Xylog 320 est animé par la prise de force du tracteur
Rabaud

Le Xylog 320 est le plus petit des quatre modèles de la gamme. Il est apte à transformer des billons de 4 m de long et de 320 mm en bûches de 25 à 50 cm.

Avec ce nouveau combiné scieur-fendeur, la volonté de Rabaud est très clairement de mettre la production de bois bûche à la portée du plus grand monde. Il faut néanmoins disposer d’un tracteur et d’une prise de force pour animer le Xylog 320. La lame de scie d’un diamètre de 800 mm est en effet entraînée par la prise de force du tracteur tandis que les autres fonctions le sont par le circuit hydraulique. Une centrale hydraulique, animée par la prise de force, est proposée en option. Les billes pouvant atteindre 320 mm de diamètre sont amenées par un tapis de transport rugueux de 2 m de long. Le constructeur propose en option plusieurs plateaux de chargement des billons, commandés hydrauliquement et directement par l’opérateur depuis le poste de commande de la machine. Un réglage simple et rapide offre au Xylog 320 quatre longueurs de bûche : 25 cm, 33 cm, 40 cm ou 50 cm.

Commandes centralisées et sécurisées

En ce qui concerne le fendage, Rabaud a opté pour un canal déporté et un poussoir de grand diamètre pour respectivement faciliter la mise en place de la bûche et la répartition des 10 t de puissance. La vitesse progressive de fendage est automatiquement adaptée à la résistance du bois. Rabaud propose de série un coin tranchant réglable hydrauliquement et facilement démontable, en 2 ou 4 éclats (6 en option). L’évacuation des bûches est réalisé par un tapis à barrettes métalliques de 4 m, réglable en hauteur par un treuil manuel jusqu’à 3 m. Pour le confort et la sécurité, toutes les opérations sont centralisées et commandées hydrauliquement par l’opérateur. La commande bimanuelle pour actionner la coupe ainsi que la visibilité sur le canal de fente sont également à mettre au crédit de la sécurité.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier