Un trafic de tracteurs démantelé par les gendarmes de Versailles

Raphaël Lecocq

Les trois Agrotron interceptés ne sont que la partie visible d’un trafic concernant une cinquantaine de tracteurs volés depuis un an
Gendarmerie nationale

Un camion immatriculé en Roumanie dissimulant trois tracteurs neufs volés en Ille-et-Vilaine a été intercepté par la Gendarmerie Nationale en Eure-et-Loir. Le préjudice total des trafiquants est estimé à 5 millions d’euros.

Deux Agrotron M 410 et un Agrotron K 420 : c’est ce que les gendarmes de la section de recherches de Versailles (78) ont découvert sous la bâche d’un camion intercepté en début de semaine à Saint-Rémy-sur-Avre (28). Des tracteurs flambants neufs car dérobés sur le parc d’un concessionnaire Same-Deutz-Fahr basé au Rheu (35). Le camion et son escorte constituée d’un véhicule léger étaient immatriculés en Roumanie et les quatre occupants interpellés étaient eux-mêmes roumains. Ils ont été mis en examen et écroués. Cette opération est l’aboutissement d’une enquête menée depuis plus d’un an par différents services la gendarmerie nationale.

Les concessionnaires pris pour cible

Si la valeur du convoi intercepté est estimée entre 250 000 € et 300 000 €, les enquêteurs estiment que le butin total de cette bande très organisée s’élève à plus de 5 millions d’euros, représentant une cinquantaine de tracteurs de marques différentes, mais tous dérobés selon le même mode opératoire, c’est à dire ciblant des concessionnaires isolés. Les phénomènes de vols de tracteurs, alimentant notamment des trafics vers l’Europe de l’est sont en augmentation depuis quelques années. En 2009, le fichier des véhicules volés de la Gendarmerie nationale mentionnait 229 vols de tracteurs sur l’ensemble du territoire, succédant aux 213 vols enregistrés en 2008. Ces deux années marquaient une amplification soudaine du phénomène, une centaine de vols annuels étant déclarée entre 2005 et 2007.

Dispositifs anti-vol

Avec les engins de travaux publics, les tracteurs agricoles constituent une cible de valeur et une proie relativement facile, les dispositifs anti-vol étant encore balbutiants. Les constructeurs commencent à y remédier avec différents systèmes codés, tels que des clés électroniques à puce Rfid. Une autre technique consiste à recourir à des systèmes de géolocalisation permettant au propriétaire de l’engin de repérer le véhicule à distance, voire de l’immobiliser.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier