Une version autonome pour le Lintrac 110 de Lindner

Raphaël Lecocq

Une version autonome pour le Lintrac 110 de Lindner
Lindner

Le constructeur propose avec TracLink Pilot un ensemble de technologies susceptibles de rendre autonome Lintrac 110 de 113 ch. La conduite autonome repose sur trois fonctionalités " copier-coller ", " suivi " et " bordure ".

Un Lintrac de 113 ch 4 roues directrices

Jusqu’à présent, le Lintrac était proposé en version standard 102 ch (à 2 ou 4 roues directrices) ainsi qu’en versions viticole (102 ch et largeur hors tout de 1,68 m) et forestière (cabine renforcée). Une version standard de 113 ch (toujours Perkins) à 4 roues directrices (20° sur l’essieu arrière) est désormais disponible. Elle arbore la transmission ZF TMT 11 (contre TMT 09 sur le Lintrac 90) avec inverseur sous charge, stop actif et variation continue de 0 à 40 km/h (mode travail / transport et stratégie Drive / Eco / Power / Pro). Son Ptac atteint 8 t.

Que manque-t-il au Lintrac TracLink Pilot pour évoluer dans la nature ? « Un cadre réglementaire fixant les conditions applicables à la conduite et aux tâche autonomes » annonce Lindner en préambule à la présentation de son concept de tracteur autonome, dévoilé à l’Agritechnica 2017. Bref, le Lintrac TracLink Pilot, autrement dit la version autonome, n’attend que le feu vert des autorités pour s’émanciper. A cet égard, la sécurité concentre tous les enjeux, que le constructeur n’élude pas, avec force caméras, lasers radars et détecteurs d’objets et de mouvements (Surround View).  

Une version autonome pour le Lintrac 110 de Lindner

Une autonomie en trois modes

Couplé à un système d’autoguidage GPS, le TracLink Pilot peut contrôler notamment la direction, l’avancement ainsi que les fonctions hydrauliques du tracteur.
La prise en mains, le paramétrage ainsi que le contrôle de la conduite autonome s’opèrent à l’aide d’une tablette et d’une application dédiée (TracLink). Le concept d’autonomie développé par Lindner repose sur trois fonctionnalités. En mode « copier-coller », Avec la fonction « copier-coller »,le tracteur et son chauffeur réalisent une séquence de travail, laquelle est enregistrée et répétée automatiquement (sans conducteur) de manière exacte à des intervalles de temps définis. En mode « suivi », un tracteur sans chauffeur peut, à l'aide d'un GPS et de données radar, suivre un véhicule (avec chauffeur) le précédant à une distance définie, s'arrêter, puis redémarrer. Application possible : fauchage / fanage. Enfin en mode, les capteurs intégrés sont capables de détecter un andain ou des tranchées et guider le tracteur autonome le long de cette ligne.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires