Vers un marché record des agroéquipements en 2013

Raphaël Lecocq

L’usine des presses Claas à Woippy (57). Toutes machines confondues, la production française d’agroéquipements ne couvre pas la demande nationale
Claas

Axema, le syndicat des industriels de l’agroéquipement, table sur un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros en 2013, dépassant de 4 % le record établi en 2008. Mais le déficit commercial pourrait se creuser.

Axema, de l'union à la fusion

Patrick Pérard, président d'Axema
Axema

Le 4 juillet dernier, Axema organisait sa première biennale à Paris, axée sur l’économie et l’innovation. A cette occasion, Axema a procédé à une modification de ces statuts. L’Union des industriels de l’agroéquipement, était née en 2008 de l’union de trois syndicats que sont le Sygma (Syndicat général des constructeurs de tracteurs et de machines agricoles) le Secima (Syndicat des entreprises de commerce international des matériels agricoles) et le Sncva (Syndicat national des constructeurs de véhicules agricoles). Les trois entités ont fusionné pour constituer un syndicat unique, qui ne change ni de nom (Axema), ni de président, en la personne de Patrick Pérard. Axema rassemble plus de 230 industriels représentant 90 % du marché français.

Un bon premier trimestre 2013, une opinion favorable des industriels quant aux perspectives de production dans les trois mois à venir et une conjoncture européenne et mondiale favorable à l’agroéquipement : tels sont les éléments sur lesquels se fonde Axema pour établir sa  prévision de croissance pour l’exercice 2013. Si elle s’avère exacte, le marché français de l’agroéquipement pourrait s’offrir un record, le dernier datant de 2008 avec 4,85 milliards d’euros. Au cours du premier semestre 2013, la production française d’agroéquipements a enregistré une hausse de 3 % comparativement au premier trimestre 2012. Les plus fortes progressions sont à mettre à l’actif des chargeurs frontaux (+ 11,5 %), des semoirs (+ 10,5 %),  des charrues (+ 6,8 %) et des herses à dents (+ 5,3 %). Parmi les productions orientées à la baisse figurent les distributeurs d’engrais minéraux (- 29,2 %)à et les épandeurs d’engrais organiques (- 7,1 %), deux catégories de machines déjà soumises à des baisses en 2012.

Déficit commercial

Au cours du premier trimestre 2013, les importations de matériels agricoles ont progressé de 8,6 % tandis que les exportations baissaient de 4,9 % sur la même période, en raison d’une demande plus faible en Europe. Si elle se confirmait, cette tendance ne ferait qu’accroître le déficit commercial qui caractérise l’industrie française des agroéquipements. En 2012, la balance entre les exportations et les importations affichait un déficit d’un milliard d’euros, en hausse de 20 % par rapport à 2011. Au plan de la production, la France se situait, en 2011, au 3ème de l’Union européenne avec un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d’euros, derrière l’Allemagne (5,1 Mds €) et l’Italie (4,8 Mds €). Ces deux pays sont avec l’Autriche et les Etats-unis les principaux fournisseurs du marché français.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires