Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Agro-équipement : pas de surchauffe malgré l'embellie

UAR (L'Union Agricole et Rurale) 15

Agro-équipement : pas de surchauffe malgré l'embellie
Patricia Olivieri

La reprise tarde à se faire sentir dans le secteur du machinisme cantalien. Un effet de la sécheresse mais aussi d’un marché encore atomisé, selon Christian Combes, représentant du Sedima Cantal.

“Avec deux entreprises qui ontdéposé le bilan en deux ans, une autre placée en observation à sa demande, jene peux pas dire que la profession est en bonne santé”, a réagi ChristianCombes, concessionnaire de machines agricoles à Naucelles et président duSedima 15, pour qui les perspectives sont compliquées dans un secteur où lesaffaires sont particulièrement concurrencées. Avec un paradoxe cette année.Tandis que les signaux passent au vert avec des remontées des vendeurs faisantétat d’un moral retrouvé des agriculteurs et des cours des productions animalesqui se raffermissent, les affaires elles tardent à repartir. En cause pour lepatron d’EAC : un effet sécheresse qui vient s’ajouter à des trésoreriesd’exploitation déjà tendues. “Les éleveurs du département n’ouvrent pas encorele robinet des investissements”, constate-t-il. Et puis si les jeunes éleveursrestent en général assez fidèles à la marque de leurs aînés, sur chaque affaire“c’est un dumping permanent”, analyse Christian Combes pour qui le niveau decompétences et de services des concessionnaires n’est pas apprécié à sa justevaleur.

Premier bilan 2011

Aux dires des distributeurs cantaliens, le volume des ventesdes neuf premiers mois de l’année est sensiblement identique à celui de la mêmepériode de 2010. Après un bon premier trimestre, l’entreprise Pagès comme lesétablissements Monreysse ont vu leur chiffre d’affaires (en neuf et occasion)reculer au printemps avec la crainte des éleveurs d’une sécheresse de grandeampleur et du matériel de fenaison qui s’est mal vendu. Le troisième trimestre2011 s’avère plutôt calme même si pour certains les affaires semblent reprendreces dernières semaines. “2011 sera sensiblement du niveau que 2010 mais onreste sur des volumes d’investissements relativement  bas”, commente M. Pagès.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires