FDSEA Aveyron : une journée départementale sur le foncier

Eva DZ

Dominique Fayel FDSEA12
La Volonté Paysanne

La FDSEA de l'Aveyron propose aux responsables des syndicats locaux ainsi qu’à ses délégués cantonaux et régionaux de participer à une journée départementale sur la problématique du foncier. Elle se déroulera le vendredi 17 février à la Maison St-Pierre à Rodez. Dominique Fayel (notre photo), président de la FDSEA, explique les enjeux.

- Pourquoi organisez-vous une journée d’information sur le foncier ?

D. Fayel : «La consommation de foncier n’est pas une problématique nouvelle. Il y a toujours eu des infrastructures, de l’habitat qui consomment à chaque fois du foncier agricole. Mais, ces derniers temps, plusieurs nouveautés sont à noter. D’abord une prise de conscience de la part des élus sur l’enjeu d’une consommation plus pertinente de foncier, de façon à préserver le plus possible les terres agricoles. Par ailleurs de nouvelles instances se mettent en place sur la gestion du foncier et de l’espace, je pense à la Commission départementale de la consommation des espaces agricoles (CDCEA) qui va intervenir chaque mois sur des dossiers concrets et donnera son avis. Je pense aussi au schéma de cohérence territoriale (SCOT) à l’échelle des bassins de vie, un document prévisionnel et d’orientation. De même, le visage des collectivités évolue, elles changent de périmètre. Les inter-communalités se généralisent, s’agrandissent. Ce sont elles qui seront chargées de gérer les documents d’urbanisme. La profession agricole doit s’adapter à ces nouveaux interlocuteurs et doit les connaître. Face à ces changements, comment l’agriculture peut faire entendre son point de vue et être un interlocuteur reconnu auprès des collectivités. C’est pour expliquer ce contexte et déterminer le rôle de la profession que nous proposons cette journée. 

«L’agriculture doit être un interlocuteur reconnu»

- Quel est l’enjeu de cette journée ?

D. Fayel : C’est vrai l’Aveyron n’est pas un département très exposé : il ne subit pas d’énormes pressions foncières comme elles existent autour de grandes villes ou de grands axes routiers et autoroutiers mais nous devons être vigilants. Il n’est pas question de laisser faire sans consulter les agriculteurs car la pression foncière existe tout de même. En effet, en quelques années, le péri-urbain dans le département est passé de quelques kilomètres autour des villes de Rodez, Millau, Villefranche, Espalion, à un rayon de 30 à 40 km. Les zones se sont élargies.Il est bon de rappeler qu’en Aveyron, l’agriculture est un secteur d’activité à part entière qui a besoin du support du sol.

- Qui est invité à cette journée ?

D. Fayel : Nous avons invité tous nos responsables locaux, cantonaux et régionaux, ainsi que les représentants de l’association des maires de l’Aveyron, les élus des collectivités locales, un représentant de la FN SAFER, pour évoquer ensemble la préservation du foncier.

- Quels seront vos messages ?

D. Fayel : Il est important de préparer notre réseau à ces évolutions, de montrer et de dire que nous sommes des partisans de l’activité économique dans son ensemble sur nos territoires. Nous sommes favorables au développement des infrastructures qui participent au dynamisme de notre économie agricole. Sans cela, l’agriculture ne pourra se développer. Il est important de faire comprendre que nous ne sommes pas dans une démarche d’opposition ni de résistance mais que nous souhaitons affirmer notre point de vue et travailler à une gestion concertée du foncier. L’agriculture doit être un interlocuteur reconnu, apte à faire valoir son point de vue pour une gestion économe et raisonnable du foncier agricole».

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires