Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Social-Emploi
  • >
  • Actualités
  • >
  • Des initiatives pour épauler les jeunes installés
Des initiatives pour épauler les jeunes installés

L'installation s'est complexifiée. L'attractivité du métier est un talon d'Achille. © J. Chabanne

REUSSIR LAIT - revue mensuelle nationale d'informations agricoles spécialisée dans l'élevage de vaches laitières

02/02/13
Social-Emploi

Des initiatives pour épauler les jeunes installés

Collectivités, transformateurs, chambres d’agriculture,GDS… Au-delà du dispositif national, des initiatives locales accompagnent la transmission et l’installation, et aident les jeunes à mieux vivre leurs premières années d’éleveurs.

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Lait de janvier 2013. R. Lait n°265 p. 28 à 42.

En cette année 2012, la profession tire la sonnette d’alarme : l’élevage français arrive à un point de rupture démographique préoccupant. Le recensement agricole fait état d’un net vieillissement des chefs d’exploitation laitière. En 2010, les jeunes - de moins de 40 ans – ne représentent plus que 24 % du nombre total des chefs d’exploitation laitière, contre 38 % en 2000. Le pourcentage de chefs d’exploitation de plus de 50 ans pourrait approcher les 50 % à la fin des quotas. D’importants départs en retraite sont attendus dans les dix à quinze ans à venir.
Côté installations, les prétendants restent nombreux dans les zones à forte densité laitière. La demande y est toujours largement supérieure à l’offre dans les répertoires à l’installation ou pour les transactions immobilières. Par contre, l’inquiétude quant au maintien du lait est sérieuse dans des régions où le lait est concurrencé par d’autres productions agricoles.
Au final, seul un départ sur 3,8 donne lieu à une installation, en moyenne en France. Les zones Jura, Alpes du Nord, Massif central Ouest, les zones herbagères de plaine… font mieux que la moyenne. Mais même des zones à contraintes herbagère affichent une installation pour 3,5 départs(1). « Seule une politique d’installation volontariste permettrait de stabiliser la restructuration », souligne Christophe Perrot, de l’Institut de l’élevage. La politique française est actuellement en révision. Les assises de l’installation travaillent en vue d’améliorer le repérage des cédants, l’accompagnement des cédants et des jeunes, l’attractivité du métier, l’accès au foncier, le financement…

Rendre la vie  en élevage plus facile

L’attractivité du métier est un talon d’Achille. Les jeunes veulent pouvoir se libérer de l’astreinte de la traite, avoir du temps libre et les moyens de partir en vacances. L’installation s’est complexifiée. Les montants de reprise au regard de la rémunération attendue, une conjoncture économique plus difficile (plus de fluctuations de prix), des contraintes environnementales renforcées peuvent décourager. Côté cédant, il faut de plus en plus aller chercher un successeur hors cadre familial, et les faibles montants de retraites peuvent inciter à vendre à plus offrant qu’un jeune hors cadre familial. Enfin, les premières années sont les plus difficiles, économiquement, mais aussi humainement. Les jeunes manquent de temps pour sortir se former et échanger, avec un risque de repli sur soi. L’enjeu est aussi d’accompagner les jeunes dans les premières années d’installation, d’autant plus que les installations hors cadre familial, voire de jeunes non issus du milieu agricole, sont de plus en plus nombreuses.
Des initiatives locales, rares dans certaines régions, multiples et variées dans d’autres, existent pour relever ces différents défis. En voici quelques unes…

(1) Chiffres du recensement agricole 2010, traitement Institut de l’élevage.

Réussir Lait Janvier 2013
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h