Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
Cogedis, l'expertise comptable

22/07/16
Social-Emploi

Le chômage partiel favorisé

Le chômage partiel permet d’éviter le licenciement en cas de baisse d’activité. Il bénéficie de conditions plus favorables depuis 2013 pour l’employeur comme pour le salarié.

La loi de sécurisation de l’emploi a remplacé les régimes de chômage partiel et de l’Activité partielle de longue durée (APLD) par de l’activité partielle, depuis le 1er juillet 2013. L’activité partielle correspond à une « perte » de salaire, conséquence d’une réduction de l’horaire habituel de travail ou d’une fermeture temporaire de l’entreprise. En cas de problèmes économiques, le chef d’entreprise peut en effet réduire son activité. Il est en mesure de proposer à ses salariés une indemnisation en remplacement de leur salaire, prise en charge partiellement par l’Etat.


1000 heures par an et par salarié

Pour ce faire, l’employeur doit faire une demande préalable d’autorisation à la Direccte* via le site activitepartielle.emploi.gouv.fr (dématérialisée depuis octobre 2014). La demande doit motiver le recours à l’activité partielle, indiquer la période prévisible de sous-activité et le nombre de salariés concernés. Pour chacun d’entre eux, l’employeur doit également préciser la durée du travail
habituelle. Le cas échéant, il faut joindre l’avis préalable des représentants du personnel. Si l’administration ne répond pas dans les 15 jours calendaires à compter de la date de réception, la demande est considérée comme acceptée. La durée maximale autorisée est de six mois renouvelables. Le contingent annuel d’heures indemnisables au titre du nouveau régime d’activité partielle est fixé à 1 000 heures par salarié et par an, dont 100 heures pouvant servir à moderniser les installations d’une entreprise.

* Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi


Versement par l’ASP

Autorisation de la Direccte en poche, le chef d’entreprise doit faire sa demande d’indemnisation au titre de l’allocation d’activité partielle à l’Agence de services et de paiement (ASP), là encore par voie dématérialisée. L’allocation est ensuite versée mensuellement par l’ASP. Le taux horaire est fixé à 7,74 € pour les entreprises de 1 à 250 salariés et à 7,23 € pour les entreprises de plus de 250 salariés. Les heures non travaillées au titre de l’activité partielle font l’objet du versement de l’allocation dans la limite de la durée légale ou, lorsqu’elle est inférieure, la durée collective du travail ou la durée stipulée au contrat sur la période considérée.


100 % d’indemnité en cas de formation

L’indemnité horaire est versée au salarié à l’échéance normale de la paie par l’employeur. Cette indemnité est de 70 % de la rémunération brute depuis le 1er juillet 2013. Elle est calculée sur la base de l’assiette servant au calcul de l’indemnité de congés payés, ramenée à un montant horaire. L’indemnité horaire sera portée à 100 % de la rémunération nette antérieure si le salarié bénéficie d’actions de formation mises en œuvre pendant les heures chômées. Concernant les salariés en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, ils ne peuvent bénéficier d’une allocation supérieure au montant de l’indemnité horaire due par l’employeur, soit un pourcentage du Smic.


EXPERT COMPTABLE
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h