Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Social-Emploi
  • >
  • Actualités
  • >
  • Quel impact sur les prestations ? : Activité des enfants pendant les vacances scolaires
MSA Mayenne Orne Sarthe

14/07/11
Mayenne - Social-Emploi

Quel impact sur les prestations ? : Activité des enfants pendant les vacances scolaires

Les vacances sont là, votre enfant en profite pour exercer un job d'été. Vous craignez de perdre vos droits aux prestations familiales. Pas de panique ! Les incidences sont rares.

Au cours de l'été et pendant les vacances scolaires, nombreux sont les jeunes qui travaillent. En règle générale, un enfant reste considéré à charge de ses parents si son revenu net mensuel ne dépasse pas 55 % du smic. Les rémunérations pour les emplois d'été et de congés scolaires sont souvent supérieures à ce plafond. Pour ne pas défavoriser les familles dont les enfants reprennent une scolarité à la rentrée, les droits aux prestations familiales sont étudiés sur la moyenne des salaires perçus sur les périodes du 1er avril au 30 septembre et du 1er octobre au 31 mars. Si celle-ci est inférieure à 55 % du smic, l'enfant reste considéré à charge et les droits ne sont pas modifiés.


Attention, l'exercice d'une activité régulière à temps partiel pendant l'année scolaire est soumise au seuil mensuel de 55 % du smic. Si l'enfant le dépasse, les prestations familiales le concernant doivent être suspendues. En conséquence, merci de toujours signaler les emplois occupés par vos enfants afin d'éviter les éventuels trop perçus de prestations.

Qu'en est-il pour l'Assurance maladie

L'enfant qui travaille occasionnellement continue à être garanti par son régime d'Assurance maladie habituel, le vôtre ou le sien s'il est affilié à une assurance étudiant, à condition qu'il continue ses études à la rentrée. S'il ne les reprend pas, il devra justifier de 60 heures d'activité par mois avant de pouvoir prétendre à une couverture maladie et de 200 heures par trimestre pour bénéficier d'indemnités journalières en cas d'arrêt de travail.

S'il est étudiant salarié de manière continue et régulière (60 h/mois ou 120 h/trimestre), il est couvert par le régime général et dispensé d'affiliation au régime étudiant.

Source : MSA Mayenne-Orne-Sarthe

Service communication
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h