A Bordeaux : La filière vin présente ses mesures pour sortir de la crise

Le conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), récemment secoué par une fronde de viticulteurs mécontents, a présenté, en assemblée générale, les premières mesures mises en place dans le cadre de son plan de relance économique.

« Tout n'avance pas aussi vite qu'il serait souhaitable », a déclaré le président du CIVB Georges Haushalter, mais « huit mesures sont finalisées et sont entrées en vigueur ou le seront début 2011 (...) pour que notre filière retrouve les performances qu'elle mérite », a-t-il dit en assemblée générale.

«Face à ces lenteurs et aux difficultés persistantes de nos marchés, j'entends et je ressens fortement les impatiences et les mécontentements qui s'expriment», a-t-il dit, évoquant la fronde récente menée par des viticulteurs contre le CIVB qu'ils estiment inefficace face à la crise.

«Nous ne pouvons nous contenter des résultats actuels tant que tous les membres de notre filière ne vivent pas dignement de leur travail », a-t-il dit mais «si la critique est recevable, nous attendons toujours les propositions constructives et réalistes qui nous permettraient de progresser».

« Ce n'est pas le redressement récent du volume des sorties et de nos exportations qui doit nous faire relâcher nos efforts», a-t-il ajouté, alors que les exportations des vins de Bordeaux se sont redressées en 2010 (+ 10% en volume, + 7% en valeur).

Renforcement des contrôles de qualité

Le plan de relance de la filière, baptisé «Bordeaux demain» et présenté en juillet dernier, a notamment pour objectif d'organiser le marché du vrac pour permettre de lutter contre la surenchère des prix à la baisse.

Parmi les mesures mises en place, M. Haushalter a présenté un renforcement des contrôles de qualité chez les opérateurs pratiquant des prix de transaction anormalement bas, mais aussi des mesures de lutte contre la contrefaçon, d'accompagnement des exploitations viticoles ou d'aide au foncier.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier