Aquitaine : Focus des entreprises viticoles

Crédit-Agricole - Service Expertise

Aquitaine : Focus des entreprises viticoles

Analyse des faits marquants

ACTIVITE : LÉGER RETOUR À LA CROISSANCE APRÈS DEUX ANNÉES DIFFICILES

AQUITIANE1

❙ Après le coup de frein de 2014 (-12 %), le chiffre d’affaires Aquitaine 2015 repart légèrement à la hausse (+0,2 %) grâce à un millésime 2014 de meilleure qualité mais encore peu important en volume. La hausse globale des prix permet d’atténuer la faiblesse persistante des disponibilités.

❙ 45 % des entreprises enregistrent toutefois une baisse de leur chiffre d’affaires total. Les ventes des appellations génériques bordeaux restent fortement impactées par une récolte 2013 historiquement faible (-28 % par rapport à une année moyenne) alors que les grands crus classés continuent à souffrir en valeur d’un millésime 2011 difficile à vendre.

❙ Le chiffre d’affaires des très petites et petites entreprises (CA < 10 M€) stagne. Elles souffrent d’un ralentissement des ventes en GMS, en partie compensé par une hausse des prix des bouteilles de cœur de gamme. Ces entreprises, moins présentes sur le grand export, pâtissent également de la baisse des exportations vers l’Union européenne.

 ❙ L’activité reprend chez les grandes entreprises (+7,5 %), mieux positionnées sur le marché export, notamment vers pays tiers.

ACTIVITE : DES PARTS DE MARCHÉ EXPORT DIFFICILES À RECONQUÉRIR 

AQUITAINE2

❙ Le chiffre d’affaires 2015 à l’international du bassin aquitaine est stable par rapport à 2014. Il reste impacté par des stocks en baisse depuis 2010 et par la très faible récolte 2013. Le chiffre d’affaires export reste en deçà des performances de 2012 et 2013 (-17 %/2013), mais l’exportation représente encore 48 % de l’activité totale. En 2015, Bordeaux a exporté plus de 2 Mhl (-3 %) pour une valeur de 1,83 Md € (+3 %).

 ❙ Les exportations du bassin sont portées par le grand export et notamment par la Chine, première destination des bordeaux. La consommation chinoise repart à la hausse après s’être contractée en 2013, du fait des directives anti-corruption du gouvernement. A contrario, les ventes vers l’Union Européenne sont en forte chute (-17 % en volume, -12% en valeur), notamment en Belgique et Allemagne. Une baisse liée à la faiblesse des disponibilités et à la concurrence croissante d’autres origines.

RENTABILITE :DES PERFORMANCES ÉCONOMIQUES ENCORE PÉNALISÉES PAR LES DIFFICULTÉS ANTÉRIEURES

aquitainea

❙ En 2015, le ratio EBITDA/CA se stabilise à 6,7 % vs 12 % en moyenne sur 2011-2013. Période qui a bénéficié de la commercialisation des très bons millésimes notamment 2009 et 2010.

 ❙ Tiré par les grands crus bordelais, le bassin aquitaine dégage toutefois des niveaux de marges supérieurs à la moyenne vins tranquilles. Il reste l’un des bassins les plus performants de France, signe d’une bonne valorisation de sa production malgré les récentes difficultés. 

❙ Les petites entreprises (CA = 5-10 M€) dégagent un niveau de rentabilité élevé (EBITDA/CA = 9,3 %), soulignant un bon équilibre entre la taille de la structure et la création de valeur.

 ❙ Les difficultés rencontrées par le bassin conduisent à un niveau de rentabilité économique historiquement faible (ROCE à 1,6 %) et inférieur à la moyenne nationale (ROCE à 3,3 %), en raison d’un actif économique (outil d’exploitation + foncier + stock + …) plus élevé que la moyenne sectorielle.

STRUCTURE FINANCIERE : RÉDUCTION DES INVESTISSEMENTS DEPUIS DEUX ANS

aquitaineb

❙ Confrontées à une baisse de leurs ventes et de leurs marges, les entreprises viticoles d’Aquitaine ont réduit leurs investissements pour la seconde année consécutive (-21 % en 2015). Néanmoins, leur effort reste toujours supérieur à la moyenne des Vins Tranquilles, avec 21 % de la valeur ajoutée réinvestis en 2015 (23 % sur la période 2011-2013).

 ❙ En raison d’investissements antérieurs soutenus et réguliers, le taux de vieillissement de l’outil Aquitaine reste nettement inférieur à la moyenne des vins tranquilles (47 % vs 60 %). L’importance du foncier (comptablement non amortissable) nuance le constat.

STRUCTURE FINANCIERE : UNE CAPACITÉ D’ENDETTEMENT EN AMÉLIORATION

aquitaine3

❙ La décision de limiter les investissements en période difficile et la stabilisation du BFR entraînent une réduction de 10 % de la dette financière. En conséquence, le ratio de leverage, qui s’était fortement dégradé en 2014, se redresse légèrement en 2015. Historiquement meilleur que la moyenne des vins tranquilles, le ratio du bassin aquitaine s’inscrit en deçà depuis 2 ans.

❙ Le poids de l’endettement du bassin aquitaine est l’un des moins importants des vins tranquilles malgré un BFR élevé attestant de bonnes structures financières.

❙ 40 % des entreprises Aquitaine affichent un ratio de leverage dégradé.

Source : L'observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires - n° Spécial vins - Décembre 2016

Voir tout le dossier :  http://etudes-economiques.credit-agricole.com/medias/Observ7_Vin_122016_ZOOM_V6_2_.pdf

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires