Aux Etats-Unis : De l'aba pour améliorer la couleur des baies

Claudine Galbrun

L'université de Californie est en train de tester l'intérêt d'une application d'aba (acide
abscissique), sur l'amélioration de la couleur des baies des cépages rouges cultivés dans les
régions chaudes de Californie. Les températures qui règnent en effet dans ces régions
chaudes de Californie, soit près de 50 % des surfaces cultivées aux Etats-Unis, ne permettent
pas la production de vins de qualité premium. En particulier, l'optimum thermique qui assurerait
la meilleure coloration des baies est trop souvent dépassé.

Des essais sont menés en Californie pour évaluer l'intérêt d'utiliser une hormone végétale pour améliorer la coloration des baies. (P. Cronenberger)

Des essais sont menés en Californie pour évaluer l'intérêt d'utiliser une hormone végétale pour améliorer la coloration des baies. (P. Cronenberger)

Une hormone végétale à plusieurs actions

L'acide abscissique qui est une hormone végétale connue pour son rôle régulateur dans de
nombreux processus physiologiques comme la germination des graines, l'induction de la
dormance ou encore la résistance au stress hydrique, influe également sur la production
des anthocyanes et sur la maturation des baies. Jusqu'à présent, l'utilisation d'aba n'avait
pu être testée compte tenu notamment du coût élevé lié à sa fabrication. Mais depuis, ces
coûts ont pu être largement réduits, permettant de généraliser son usage. De premiers
essais menés en 2005 et 2006 se sont avérés satisfaisants. De nouvelles recherches vont
être entreprises avec une application d'aba autour de la véraison puisqu'il a été démontré
que c'est à cette période que la baie se montre la plus sensible à l'aba. Des lots de vins
seront analysés et les Américains restent pragmatiques : le succès de ces recherches se
mesureront à l'aune “ d'une amélioration significative de la qualité des vins et de leur valeur
”.

Source Réussir Vigne Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier