Bernard Farges : " Nous sommes optimistes pour la campagne qui s’annonce "

Propos recueillis par Clara de Nadaillac - Réussir Vigne Réussir SA

© Clara de Nadaillac
Bernard Farges, président du Syndicat des bordeaux et bordeaux supérieur.

Comment s’annonce la campagne de commercialisation 2011-2012 ?

La campagne 2010-2011 a été marquée par un rééquilibrage net des disponibilités, grâce à une hausse des sorties de chais de 10 %. L’export a progressé de 23 %, tant sur nos marchés historiques européens, qui se redressent après deux années catastrophiques, que sur d’autres destinations telles que la Chine, où nous avons enregistré une hausse des ventes de 85 %. Au final, les volumes commercialisés en 2010 ont été supérieurs à la récolte 2010. Sur le millésime 2011, nous allons mettre en marché des volumes contrôlés, notamment grâce au système de mise en réserve du CIVB. Nous sommes donc optimistes pour la campagne qui s’annonce, et ne ressentons pas de ralentissement.

Où en est Mercure ?

Très peu de volumes (environ 4 000 hl) ont transité par Mercure depuis sa création, et les négociants n’en font pas partie. Mais ce n’est pas pour autant un échec. Je pense que cet outil a en partie permis de stabiliser les cours à 800 €/tonneau de 900 litres. Pour la campagne 2011-2012, on s’oriente vers une hausse du prix plancher de Mercure de 50 €/t, ce qui le porterait à 850 €/tonneau. Et cela, dans le but de faire remonter l’ensemble des contrats vracs de 50 €/t.
 
 

Où en est la contractualisation dans la région ?

La loi de modernisation agricole, qui précise la notion de contrat, ne concerne que les pluriannuels. Or, les spots représentent 90 % des transactions. Nous souhaitons donc intégrer les contrats spots aux contrats LMA. Ce qui n’est pas si simple… La contractualisation viendra dans un deuxième temps.
 Car en ce moment, le marché n’est pas porteur, donc les négociants ne veulent pas d’une contractualisation. Mais lorsque les prix sont bons, ce sont les viticulteurs qui n’en veulent pas…

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier