Commerce extérieur : L'excédent agroalimentaire double en janvier

En janvier 2011, l'excédent des échanges agroalimentaires français atteint 673 millions d'euros, soit plus du double de celui de janvier 2010, grâce à la hausse deux fois plus vive des exportations que des importations.

L'excédent des échanges agroalimentaires français atteint 673 millions d'euros en janvier 2011. Il gagne 354 millions d'euros par rapport à janvier 2010, annonce Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture. A un excédent en forte hausse avec l'Union européenne, s'ajoute un excédent record avec les pays tiers.

« L'emballement général des prix alimentaires - chocolat, sucre, huile, produits laitiers - et des prix des matières premières - blé, maïs, café, soja, cacao, caoutchouc - accentue la forte augmentation de la valeur des échanges », souligne Agreste.


Union européenne : un excédent en hausse après deux ans de repli

Sur l'Union européenne, l'excédent atteint 554 millions d'euros, en hausse de 249 millions d'euros, après deux ans de repli, les exportations (+16 %) et les importations (+ 6 %) progressent. Les ventes progressent fortement en produits alimentaires divers (sucre, chocolat), céréales (blé, maïs, orge), produits laitiers, fruits et légumes (+ 23 %). Elles augmentent plus modérément pour les vins (+ 4 %). Après deux ans de repli, les viandes progressent tandis que les animaux vivants poursuivent leur recul.

Parallèlement, nos achats progressent notamment en produits alimentaires divers (chocolat, café), produits laitiers, boissons (alcools, boissons rafraîchissantes, bières), tandis qu'ils sont en fort recul pour les agrumes. Globalement, l'excédent s' améliore avec l'Allemagne et l'Italie.


Pays tiers : un excédent record de 119 millions d'euros

Avec les pays tiers, l'excédent atteint le record de 119 millions d'euros. La progression des exportations (+ 35 % par rapport à janvier 2010) s'accélère. C'est dû principalement aux ventes record de blé tendre, et de vins. La hausse concerne aussi les produits alimentaires divers (chocolat, plats préparés, aliments diététiques, sucre), les produits laitiers, ainsi qu'à un moindre niveau les bovins vivants et les viandes bovine (Turquie) et de volaille (Arabie saoudite).

Parallèlement, les importations (+ 23 %) progressent après deux ans de repli, tant en produits bruts (fruits tropicaux et fruits à coque, graines oléagineuses, café, cacao), qu'en produits transformés. Ces derniers augmentent plus particulièrement en produits de la pêche, produits alimentaires divers (chocolat, café, sucre), ainsi qu'à un moindre niveau en huiles dont les cours flambent. Globalement, l'excédent augmente avec l'Égypte.

Source d'après Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier