Coûts production : Les chiffres de la viticulture biologique comparés à ceux de la production conventionnelle

Claudine Galbrun

L'étude réalisée par Marie-Catherine Carles de CER France porte sur un échantillon de 20 exploitations viticoles biologiques situées dans les grandes appellations régionales d'Aquitaine et s'est intéressée au niveau global des charges de ces exploitations en 2008. Premier enseignement : les charges à l'hectare en viticulture biologique sont équivalentes à celles calculées chez des vignerons conventionnels : 9250 euros/ha en bio contre 9367 en conventionnel. “ Le changement de mode de conduite n'apporterait donc pas de profondes modifications au coût total à engager pour une récolte ”, indique Marie-Catherine Carles tout en ajoutant que c'est un constat valable pour l'année 2008. Deux comptes de charges toutefois varient fortement d'une catégorie à l'autre : les phytosanitaires (309 euros/ha en bio contre 520 euros en conventionnel) et les carburants agricoles (332 euros/ha en bio contre 227 en conventionnel).

“ Le rendement en bio est inférieur de 20 % à celui obtenu en conventionnel ”

À également été observée la même dispersion des valeurs du total des charges à l'hectare en bio et en conventionnel. Pour les premiers, ces valeurs allant de 18 000 euros/ha à 4000 euros. Ces différences s'expliquant par les conditions d'exploitation (structure, phase de vie de l'exploitation, investissements…). La question du rendement se pose forcément avec acuité dans le calcul du revenu des viticulteurs bios. Etudié sur les cinq derniers millésimes, le rendement en bio est inférieur de 20 % à celui obtenu en conventionnel. Ce qui accroît d'autant le total des charges ramené à l'hl produit en bio. Ceci conduit à établir un prix minimum de vente à la bouteille de 4 euros. “ Sachant toutefois qu'à ce prix de vente, le travail de la famille n'est pas rémunéré de même que l'accès au foncier. ”

Source Réussir Vigne Janvier 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier