Crise : La tension monte dans le vignoble languedocien

SC

En Languedoc, la situation dans la viticulture, en crise depuis de nombreuses années, se détériore en ce début d'année. Les ventes accusent un net recul par rapport à l'an dernier.

Les vendanges 2008 en faible quantité en Languedoc-Roussillon - entre 12 et 13 millions d'hectolitres contre 14 Mhl un an plus tôt - et un millésime prometteur pouvaient laisser espérer une bonne campagne de commercialisation. Pourtant, selon Viniflhor, à mi-campagne (août 2008-février 2009) le déficit par rapport à l'an dernier des volumes des ventes des vins de table et de pays dépasse les 1,2 millions d'hl.

Sur cette période, en vins de table rouges et rosés, les ventes ont chuté de 32% par rapport à l'an dernier. En vins de pays, le niveau des transactions a reculé de près de 19%. Un recul qui touche aussi les blancs (-20% en vins de table et -27% en vins de pays). Quant aux cours, ils restent stables. Chez les Vignerons indépendants, le ralentissement des commandes touche aussi bien le vin vendu en vrac que le conditionné, sur le marché français comme à l'export.


Beaucoup de viticulteurs comptaient sur les aides à l'arrachage de vignes dans le cadre de l'OCM vin. En Languedoc-Roussillon, sur les 14.700 ha demandés, seuls 7.600 seront finalement arrachés par manque de budget européen.


Conséquence : la situation se tend au niveau des trésoreries et la tension monte dans les vignobles. Début mars, un domaine viticole de l'Hérault a été la cible d'un engin explosif. Cette semaine, au groupement de caves coopératives à Nîmes, 11.000 hl de vin ont été déversés dans la nature. Des actions signées par le très radical Comité régional d'action viticole (CRAV).


Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier