Des performances cérébrales diminuées chez les viticulteurs exposés aux pesticides

Une étude française montre que les performances cérébrales sont diminuées chez des agriculteurs du Sud-Ouest ayant été exposés durant leur vie professionnelle aux pesticides, selon une présentation réalisée lors d'un colloque de l'agence de sécurité sanitaire Anses.

L'étude montre "des altérations des performances aux tests neurocomportementaux chez les sujets professionnellement exposés aux pesticides par rapport aux sujets non exposés", a expliqué Dr Isabelle Baldi, spécialiste de santé au travail à l'Université Bordeaux Segalen.

Des agriculteurs de Gironde, pour l'essentiel des viticulteurs, exposés aux pesticides (avant tout des fongicides) ainsi que des personnes du monde agricole mais non exposées à ces produits, ont été suivis et leurs capacités cognitives testées à trois reprises sur une douzaine d'années.

"Le suivi a confirmé qu'il y avait une détérioration cognitive chez les personnes exposées aux pesticides"  indique le Dr Baldi qui dirige la cohorte Phytoner portant sur plusieurs centaines de personnes.

Un lien entre maladie de Parkinson et utilisation de pesticides

"Dans les tests de rapidité et pour certains scores, les résultats obtenus sont naturellement détériorés avec l'âge mais de façon encore plus importante chez les personnes exposées" aux pesticides, selon cette spécialiste.

 La troisième série de tests, en cours de réalisation, permettra de suivre l'évolution de la dégradation cognitive chez les personnes exposées et les éventuelles apparitions de maladies neuro-dégénératives, comme les maladies d'Alzheimer ou de Parkinson.

Un lien entre maladie de Parkinson et utilisation de pesticides par les agriculteurs a été reconnu pour la première fois en France par l'intermédiaire d'un décret publié en mai. Ce décret a classé, sous certaines conditions, cette pathologie neuro-dégénérative comme maladie professionnelle pour les salariés agricoles et les exploitants agricoles.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier