Deux mois de prison avec sursis pour les faucheurs de vigne OGM

La plupart des 60 militants anti-OGM qui ont détruit une parcelle de vigne transgénique de l'Inra à Colmar en 2010 ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis, un jugement qui ne satisfait pleinement aucune des deux parties.

Six d'entre eux, déjà soumis à une peine avec sursis pour des faits comparables, ont été pour leur part condamnés à 1.200 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Colmar. Le parquet avait requis trois mois de prison avec sursis pour les faucheurs.

 Le tribunal a aussi condamné les prévenus à verser au total quelque 57.OOO euros à l'institut de recherche, dont 50.000 euros au titre du préjudice scientifique causé par leur action. C'est bien moins que les plus de 500.000 euros réclamés par l'Inra, qui décidera dans les prochains jours s'il fait appel.

 "Sur le volet pénal, nous sommes plutôt satisfaits parce que le jugement montre qu'il n'y a pas d'impunité et on n'était pas favorable à de la détention ferme", a réagi le porte-parole de l'Inra, Jean-François Launay. "Sur le plan des indemnités en revanche, il y a un décalage avec le coût total de l'expérimentation", a-t-il déploré, à la sortie du tribunal, devant lequel une quarantaine de chercheurs de l'Inra, en blouses blanches, s'étaient rassemblés pour interpeller l'opinion publique.

Un "jugement mi-figue mi-raisin"

"Halte aux faucheurs de connaissance", "Recherches OGM : les faucheurs ne veulent pas savoir, et vous?" pouvait-on lire sur les pancartes, en réplique aux manifestations organisées autour de l'audience fin septembre par les faucheurs et leur comité de soutien.

Les faucheurs eux non plus n'ont pas exclu de faire appel d'un "jugement mi-figue mi-raisin". "Ce n'est pas la relaxe qu'on attendait mais c'est le signe d'une écoute du tribunal", a estimé leur porte-parole. "Faire appel pourrait permettre de poursuivre le débat sur les OGM, parce que malheureusement il n'y a que devant les tribunaux qu'on peut l'avoir", a-t-elle ajouté.

Pierre Azelvandre, un faucheur qui s'était déjà attaqué, seul, aux mêmes plants, en 2009, avait écopé en janvier d'un mois de prison avec sursis et plus de 50.000 euros de dommages et intérêts à verser à l'Inra, devant la Cour d'appel de Colmar.

Discutez de cette actualité sur notre forum !

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier