Deux nouvelles méthodes pour analyser les résidus de pesticides dans les vins

Clara de Nadaillac - Réussir VigneNovembre 2011

© Inter-Rhône
Pour 199 € HT, le pôle résidus d’Inter-Rhône et de l’IFV propose de rechercher et de doser les résidus de quarante produits phytosanitaires dans les vins.

Le pôle résidus, formé par Inter-Rhône et l’IFV, peut détecter quarante résidus phytosanitaires dans les vins.

Le pôle Résidus a développé deux méthodes d’analyse, pour doser les résidus de produits phyto sanitaires dans les vins. La première se nomme SBSE (stir bar sorptive extraction)-GC-MS. Il s’agit d’une chromatographie en phase gazeuse, couplée à une spectrométrie de masse. “ Cette méthode est révolutionnaire, car elle est très rapide et n’emploie aucun solvant ”, s’enthousiasme Magali Grinbaum, de l’IFV. L’analyse ne dure que 1 h 30. Durant 45 minutes, un barreau aimanté nommé Twister et recouvert d’un film de PDMS (polydiméthyl siloxane) adsorbant les résidus, agite 10 ml de vin. Le twister est ensuite inséré dans un tube thermique, où les molécules sont désorbées et analysées par chromatographie, durant environ 45 minutes. Cette technique permet de doser 19 résidus, pour la plupart des fongicides, à l’image de l’Iprovalicarbe, ou du Fludioxonil. Des insecticides (Chlorpyriphos, par exemple) sont aussi scannés.
Les chercheurs ont ensuite mis au point une seconde méthode d’analyse, afin d’étendre la gamme de molécules recherchées. Il s’agit d’une chromatographie en phase liquide ultra-performante, couplé à une spectrométrie de masse en tandem : UPLC-MS-MS. Cette technique est beaucoup plus précise, mais nécessite l’utilisation d’un solvant. Dans un tube, on verse 10 ml de vin, 10 ml d’acétonitrile et des sels. On agite, on centrifuge, puis on analyse par chromatographie. L’appareil délivre les résultats en 22 minutes. Il dose 32 molécules, dont onze sont communes à la SBSE.

Les résultats sont livrés en moins de dix jours 

Le Pôle résidus propose d’ores et déjà ces analyses. Il est possible d’opter pour le dosage de 19 molécules par SBSE-GC-MS, pour celui de 32 résidus, via la LC-MS-MS, pour le couplage des deux méthodes (40 résidus) ou encore pour l’analyse de une à dix molécules. “ Le plus demandé est le couplage, précise Magali Grinbaum. Il coûte 199 € HT, et les résultats sont livrés moins de dix jours après réception de l’échantillon. ”
   

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier