En Italie : La pépinière se prépare aux prochaines mutations

Marion Ivaldi

La pépinière italienne est devenue la première du monde avec une production annuelle de 105 à 120 millions de plants greffés-soudés. Mais les entreprises se préparent à prendre un virage assez sec, car, selon Gianfranco Tempesta, président de l'association italienne des multiplicateurs viticoles associés, dès 2010, le marché ne pourra plus absorber que 80 à 85 millions de plants greffés soudés, soit 65 millions de plants vendus en Italie et 20 à 25 millions de plants commercialisés à l'export. Cette évolution est prévisible du fait de la réduction des surfaces et de la politique insufflée par Bruxelles. “ Il ne faut pas se limiter à réduire les surfaces de production pour faire face à la réduction du marché. Mais il faut trouver de nouvelles opportunités et de nouveaux débouchés même si cela veut dire investir pendant une période défavorable. Notre réponse à la crise est de maintenir nos investissements, poursuivre les programmes de sélection clonale, les micro-vinifications, les expérimentations au champ ”, indique Eugenio Sartori, directeur du Vivai Cooperativi Rauscedo.

La pépinière italienne compte trouver de nouvelles opportunités et maintient ses investissements même si cela intervient “ pendant une période défavorable ”. (P. Bourgault)

La pépinière italienne compte trouver de nouvelles opportunités et maintient ses investissements même si cela intervient “ pendant une période défavorable ”. (P. Bourgault)

“ On revient à l'utilisation de variétés traditionnelles ”

Pour la pépinière italienne, les voies de développement à l'étranger se situent dans les pays de l'Est, qui bénéficient de financements pour les projets de restructuration. Concernant le type de produit, il semble que les cépages blancs connaissent une forte demande. Par ailleurs, en Italie, la demande serait en train de s'orienter vers des cépages plus traditionnels. “ On revient à l'utilisation de variétés traditionnelles spécifiques des régions d'origine délimitée, tandis que les variétés internationales sont en diminution parce que les vignerons pensent que les indications d'origine avec mention de cépages pourraient subir la concurrence des vins de table avec mention du cépage ”, estime Gianfranco Tempesta.

Source Réussir Vigne Juillet-Août 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier