En tubes : Quand le vin se fait chic et technologique

Claudine Galbrun

“ WineSide n'est pas un concept, WineSide n'est pas un objet, WineSide est un instant de
dégustation à géométrie variable. ” L'idée de WineSide a germé dans la tête d'une toute
jeune société de négoce — puisque créée le 27 mars dernier — suite à la rencontre
avec l'inventeur du WIT, ce tube de verre destiné à recueillir des échantillons. “ Etant
vignerons dans le banyuls, nous nous étions rendus compte qu'il était difficile
de le trouver dans les bars. Nous cherchions alors un contenant adapté à la
découverte ”, explique Marie-Pierre Barthes, cofondatrice de WineSide. Et c'est ainsi que
WineSide est né : quelques centilitres de vin (6 ou 10 cl) présentés dans un tube de verre,
conditionnés sous atmosphère contrôlée et fermés par une capsule à vis.



WineSide. Quelques centilitres de vin présentés dans un tube de verre. (DR)

WineSide. Quelques centilitres de vin présentés dans un tube de verre. (DR)

6 cl à 6 euros

“ Dans un premier temps, nous ne mettons en avant que l'AOC. Nous sommes allés dans
les vignobles chercher des produits de qualité, représentatifs de leur terroir, sans notifier le
nom de la propriété ou du domaine, pour l'offrir à une clientèle différente de celles des
puristes. Avec cette faible contenance, c'est une autre invitation à déguster du vin mais
aussi une autre façon de véhiculer l'image de nos régions et de nos AOC. ” Banyuls, mais
aussi bandol, gigondas, sauternes châteauneuf du pape, saint-émilion grand cru... peuvent
ainsi être consommés, sachant que WineSide peut être présenté individuellement ou en
coffret
collection. La chose a un prix. Les 6 cl sont vendus 6 euros en prix public.
“ Cela nécessite beaucoup de frais de conditionnement. Sachant que parfois nous achetons
le vin en bouteille. Avec 24 bouteilles, nous réalisons 300 tubes. ”
La prochaine étape devrait être la création de packs propriété dans lesquels seront mis en
avant le nom d'un domaine. “ Nous craignions la réaction des vignerons que nous avons
démarchés mais nous avons été agréablement surpris par leur accueil et leur ouverture ”,
souligne Marie-Pierre Barthes.


Source Réussir Vigne Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier