“ L’action que nous avons menée sur les droits de plantation a donné des résultats ”

Propos recueillis par Marion Ivaldi - Réussir Vigne Réussir Avril 2012

“ L’action que nous avons menée sur les  droits de plantation a donné des résultats ”
Nicolas Sarkozy a répondu à trois questions posées par la rédaction de Réussir Vigne. Crédit photo : Jean-Marc Ferré / ONU (archives)

Nicolas Sarkozy, candidat à sa succession aux élections présidentielles, nous livre son bilan pour la filière viticole.

Faut-il les défendre les droits de plantation ?

Si la suppression des droits de plantation intervenait au 1er janvier 2016 comme c’est actuellement prévu dans l’organisation commune de marché, ce serait une erreur majeure. Pour la France, cela pourrait signifier une augmentation soudaine des surfaces viticoles dans les zones les plus productives, une augmentation des rendements, une baisse de la qualité des vins produits et un effondrement des prix qui ruinerait les viticulteurs. Ce n’est pas sur le prix que nous arriverons à faire la différence avec nos concurrents européens ou des autres pays du monde, mais sur la qualité, sur la typicité, sur le savoir-faire de nos vignerons. L’action que nous avons menée sur le maintien des droits de plantation a donné des résultats : 14 pays européens ont rejoints nos positions et le Commissaire européen à l’agriculture, Dacian Ciolos, a annoncé la mise en place d’un groupe à haut niveau sur la viticulture. C’est une étape dans la bonne direction qui a été franchie.

Quel soutien économique et de promotion pour le secteur du vin ?

Je félicite la viticulture de France d’avoir regagné la première place des exportateurs mondiaux, en valeur. Pour encourager la promotion des vins français, nous avons mis en place en 2011 un fonds national doté de 8 millions d’euros par an. Ce fonds intervient aux côtés de l’enveloppe de 180 millions d’euros de l’OCM du vin affectée à la promotion des vins français dans les pays tiers sur la période 2008-2013. Enfin, il existe des possibilités de cofinancements communautaires. A ce titre, j’engage la filière, qui par ailleurs bénéficie du soutien de Sopexa et d’Ubifrance, à déposer rapidement des demandes auprès de la Commission et à se rassembler pour gagner de nouvelles parts de marché à l’exportation.

Quelle place réserver au vin dans la société française ?

Le vin et la viticulture française participent à l’image de notre pays et au rayonnement de notre culture. Ils sont nos ambassadeurs dans presque tous les restaurants du monde car ils portent en eux le savoir-faire des vignerons et la richesse des saveurs des terroirs de France. Le repas gastronomique à la française classé au patrimoine mondial de l’Unesco en novembre 2010, consacre leur rôle dans nos traditions culinaires. Ils représentent à ce titre une culture que nous avons le devoir de transmettre à nos enfants. Mais nous devons aussi leur faire comprendre que le vin n’est pas un assommoir, qu’il s’agit en fait d’un art de vivre, d’un patrimoine précieux et d’un plaisir de la vie, s’il est consommé modérément.    
   

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier