L'Europe viticole inquiète de l'accord de libre-échange avec les États-Unis

L'Europe viticole inquiète de l'accord de libre-échange avec les États-Unis

L'Assemblée des régions européennes viticoles (Arev) s’inquiète du futur accord de libre-échange avec les États-Unis et réclame des garantis pour les vignerons européens.

Lors de sa réunion mi-mars en Hongrie, l'Arev a adopté une résolution appelant la Commission européenne à prendre en compte ses revendications sur la protection des appellations géographiques et des mentions traditionnelles, ainsi que sur le respect des "normes et réglementations sanitaires, environnementales, culturelles", indique-t-elle dans un communiqué.

L'Arev explique que ses 70 régions productrices adhérentes respectent les normes de l'Organisation internationale du vin (OIV) qui sont "plus ambitieuses" que les normes suivies par les États-Unis et "qui risquent d'être sacrifiées dans la mesure où les USA ont quitté l'OIV en 2001, précisément parce qu'ils n'ont pas souhaité se lier aux normes établies et observées" par l'OIV.

De l’eau dans certains vins américains

"Leur définition du vin est très différente" précise Dominique Janin, secrétaire-général de l'Arev : "Ainsi, les Américains peuvent mettre de l'eau dans le vin - même si tous ne le font pas - notamment en Californie où les vins sont très alcoolisés".

L'Arev insiste également sur le "renoncement définitif des USA à utiliser tant sur leur marché intérieur qu'à l'exportation" des indications semi-génériques telles que "Burgundy, Champagne, Chablis, Sauternes" : recourir à de telles appellations sur des marchés des pays tiers, comme la Chine par exemple, causerait un préjudice considérable aux producteurs d'origine, fait valoir M. Janin.

De même les appellations particulières à chaque pays - château ou clos en France, noble, ruby, superior, vintage ailleurs - doivent rester réglementées et ne pas être étendues aux vins d'outre-Atlantique.

Pour l'Arev, qui réunit les nations viticoles de l'UE mais aussi certaines régions productrices d'Ukraine, de Géorgie, de Serbie et bientôt de Moldavie, "il en va de la crédibilité de l'Europe et du maintien de son influence sur l'établissement des régulations, normes et standards internationaux".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier