L'IGP Terres du Midi en attente

Xavier Delbecque

L'IGP Terres du Midi en attente
Les vignobles de l'Hérault (photo), de l'Aude et du Gard sont concernés par le projet de l'IGP Terres du Midi. - © Patrick Cronenberger

C'est un climat d'incertitude qui règne en ce moment chez les vignerons du Languedoc. « Depuis le début de campagne, le cours des IGP départementales est passé de 80 euros par hectolitre en moyenne, à 70. Et les sorties de chais sont elles aussi à la baisse », annonce Jérôme Villaret, délégué général du Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc. Une situation qui donne de l'eau au moulin des défenseurs de l'IGP Terres du Midi. « Cela prouve la nécessité d'un nouveau produit, qui réponde mieux aux attentes du négoce face à la concurrence espagnole », plaide René Moréno, président de l'IGP Hérault. Pour autant, le projet reste actuellement au point mort.

Le projet de nouvelle IGP divise toujours

« Nous attendons la commission d'enquête de l'Inao à la rentrée, puis nous continuerons sans la collaboration de l'IGP Oc », poursuit le président. Une solution qui ne fait pas l'unanimité. D'autant plus que la création de l'IGP Terres du Midi pourrait n'être effective qu'à partir de 2018. « D'ici là il sera trop tard, nous aurons perdu les marchés », regrette un président de coopérative languedocien. Pour d'autres, il s'agit simplement d'être plus souple sur les prix, car les cours de début de campagne étaient particulièrement hauts.

Source Réussir vigne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier