La formation viticole assure un emploi en fin de cursus

La formation viticole assure un emploi en fin de cursus

La filière viticole, à l'instar du plus grand lycée de France situé en Gironde, attire un nombre croissant de lycéens, étudiants, apprentis et adultes en formation, qui parient sur la garantie d'un emploi à l'issue de leur cursus.

   La filière viticole "ouvre des portes sur des métiers variés où forcément l'étudiant trouve des débouchés selon son profil et sa sensibilité", que ce soit dans l'économie du vin, sa production ou en conseil, assure le directeur de l'Etablissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricoles (EPLEFPA) Bordeaux-Gironde, Georges Jousserand.

  Il se félicite des "100 personnes qui sont introduites chaque année" dans des domaines de la région et "régénèrent le tissu des entreprises de la viticulture bordelaise". "Le BTS viticole assure 100% de débouchés", souligne pour sa part le proviseur du lycée de Bommes, Alex Barrau, qui peut "garantir à une famille que si son enfant bosse bien il aura du boulot".

  Une enquête de la Revue du vin de France de mars 2012 assure que 800.000 personnes vivent du vin en France, même si le mensuel indique que les statistiques officielles ne comptabilisent que 250.000 emplois. L'excédent dégagé par les vins et spiritueux en 2011 est d'ailleurs le deuxième plus important de la balance commerciale de la France, derrière l'aéronautique et devant les parfums et cosmétiques.

Des étudiants en contact avec la réalité

   C'est en octobre 2010, après la fusion de trois lycées agro-viticoles du département, que l'EPLEFPA est devenu le plus grand lycée viticole de France en termes d'effectif, de personnel, de production et de chiffre d'affaire. Il assure annuellement la formation de près de 800 élèves, 750 apprentis et 2.500 stagiaires adultes.

  "Une rupture" est constatée dans les profils d'étudiants car, si dans les années 90 la majorité d'entre eux étaient des enfants de vignerons, les étudiants d'aujourd'hui issus de différents milieux "veulent mêler agriculture et environnement", relève M. Jousserand.

  Il en est de même concernant la formation continue pour adultes, dont le nombre a été multiplié par trois au cours des quatre dernières années.

  "Il est courant que des quarantenaires fassent un arrêt dans leur carrière professionnelle et se réorientent", ajoute M. Jousserand qui se félicite du taux de réussite supérieur à 80% (60 lauréats) des adultes inscrits en BTS viticulture. "Il y a cinq ans cela n'existait pas dans ces proportions", rappelle-t-il.

  L'atout de l'EPLEFPA est de mettre en contact direct les étudiants avec la réalité de l'économie viticole car l'établissement public abrite trois exploitations privées, dont le foncier appartient au Conseil régional d'Aquitaine, et qui subsistent grâce aux ventes de leur vin: Château Dillon, cru bourgeois du Haut-médoc, Château La tour blanche, premier grand cru classé de Sauternes, et Château Grand baril dans l'appelation Saint-Emilion.

  Ces trois domaines de 40 hectares sont notamment engagés autour de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement telles que la limitation des produits phytosanitaires, le développement de la biodiversité dans les vignes, la limitation de la consommation en eau et la gestion des déchets.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier