La Vallée du Rhône exporte 28 % de ses vins

Marion Ivaldi - Réussir Vigne Juillet-Août

La Vallée du Rhône exporte 28 % de ses vins
Pour les vins rosés de la vallée du Rhône, c'est à l’export que les marges de croissance semblent les plus importantes. © Lionel Moulet/InterRhône

Les vins du Rhône retrouvent leur dynamisme à l’export. Près d’un tiers des volumes est commercialisé à l’international.

“ Il y a trois ans, nous prenions le pari que la part des vins exportés serait de 30 % en volume en 2011. C’est raté ! ”, s’exclame Christian Paly, président d’InterRhône. Raté… mais de peu car elle atteint les 28 % contre 21 % en 2008. La Grande-Bretagne et la Belgique restent les deux principaux clients des vins rhodaniens mais les USA talonnent de peu la Grande-Bretagne (en valeur). La Chine est également un important marché qui tire la croissance avec 30 000 hl exportés. “ Notre objectif est de dépasser les 100 000 hl d’ici deux ans ”, indique Christian Paly, prenant ainsi un nouveau pari pour le futur.

Image 1

Christian Paly, président d’InterRhône. “ Notre objectif est de dépasser les 100 000 hl exportés en Chine d’ici deux ans. ” © M. Ivaldi

Pour ce qui est de l’avenir, les vins du rhône peuvent compter sur une diversification de la production sur deux types de produits : les vins bio et les vins rosés. Les premiers représentent un peu plus de 8 % de la surface du vignoble, faisant de la région viticole le second vignoble AOP bio de l’Hexagone. “ Ce segment représente une progression importante dont il faudra anticiper les grandes tendances ”, commente Christian Paly. Concernant les rosés, soit 14 % de la production de la région, c’est à l’export que les marges de croissance semblent les plus importantes. La Grande-Bretagne enregistre ainsi une croissance de 11 % des volumes de vins rhodaniens en 2011. Ce dynamisme est porté par une spécialisation de plus en plus saillante des vignobles du Luberon, du Ventoux et des costières de Nîmes.  

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier