Lancement du premier doctorat international et multidisciplinaire

Marion Ivaldi - Réussir Vigne Mai 2012

Lancement du premier doctorat international et multidisciplinaire

Le programme Œnodoc veut former des étudiants aux défis actuels de l’industrie vinicole en s’appuyant sur un réseau d’une trentenaire de partenaires universitaires et industriels à travers la planète.

C oordonné par le professeur Pierre-Louis Teissedre de la Faculté d’œnologie de Bordeaux, le programme Œnodoc ouvre ses portes à la rentrée prochaine. Et c’est une première du genre. Il va permettre aux étudiants, désireux de réaliser un doctorat ou un post-doctorat, de rédiger des thèses dirigées par deux ou trois universités à travers le monde (Afrique du Sud, Californie, Chili, Espagne, Italie, Hongrie…) en y associant un partenaire industriel. “ L’étudiant obtiendra ainsi deux ou trois diplômes concomitamment ”, explique Pierre-Louis Teissedre. Les disciplines possibles sont larges : défis de la viticulture (changement climatique, génomique…), l’affinement des techniques œnologiques (levures et bactéries lactiques, techniques d’analyses en laboratoire, analyses sensorielles) et l’étude des enjeux économiques. Il est ouvert aux étudiants disposant d’un master 2 sur sélection du consortium des universités partenaires. Œnodoc organise deux fois par an des “ summer school ”.
Durant une semaine, les étudiants vont suivre des cours réalisés par des spécialistes sur des domaines très pointus. Ces classes permettront également d’échanger avec les directeurs de thèse sur l’avancement des recherches.

Un réseau dédié

Œnodoc s’appuie sur un réseau international en œnologie, porté par l’Université de Bordeaux : Œnoviti international. Ce réseau est en soi une première car les partenariats internationaux de formation et de recherche existaient de façon ponctuelle et souvent bilatérale. 

Image 2

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier