Le Gouvernement veut éviter l'introduction de la maladie de Pierce en France

S C

Le Gouvernement veut éviter l'introduction de la maladie de Pierce en France
Symptômes de la maladie de Pierce (DR)

Suite à l'avis de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA) rendue le 6 janvier 2015, les autorités françaises demandent à la Commission européenne de renforcer sans délai les mesures de protection pour éviter la propagation de la bactérie Xylella fastidiosa, vecteur de la maladie de Pierce.

Xylella fastidiosa peut affecter plus de 200 espèces végétales appartenant à 50 familles botaniques différentes. Cet organisme nuisible aux végétaux est connu outre Atlantique comme agent de la maladie de Pierce, qui a fortement touché les vignobles californiens dans les années 1990, et est également responsable d’une maladie ayant fortement impacté les agrumes au Brésil à la fin des années 1980. Cette bactérie est transmise et dispersée par des insectes vecteurs.

Elle est, pour l’instant, absente du territoire français. Après sa découverte pour la première fois en Europe, sur le territoire italien, fin 2013, la Commission européenne a adopté au cours de l’année 2014 des mesures européennes pour empêcher d’autres introductions ainsi que la propagation de la bactérie dans l’Union européenne. Inquiète, notamment pour son vignoble, la France réclame un renforcement de ces mesures.

Après un à cinq ans, la vigne périt

Quand la maladie est observée, il est en effet souvent trop tard et aucune solution curative n'existe à l'heure actuelle. Quand la vigne est touchée, les feuilles deviennent jaunes et brunes puis tombent et les rameaux meurent. Après un à cinq ans, la vigne périt.

Le gouvernement français réclame que des mesures de confinement sur les plants (interdiction de sortie du matériel destiné à la plantation depuis la zone délimitée italienne) et sur la dispersion des insectes vecteurs soient mises en place sur le territoire de l’Union européenne. Parallèlement, il est également demandé à la Commission européenne une interdiction totale d’importation depuis les pays tiers contaminés du matériel destiné à la plantation.

En l’absence de mesures prises au niveau européen dans les prochaines semaines, la France est susceptible de revoir son dispositif national après analyse de risque phytosanitaire.

Le Ministère incite dès à présent les producteurs concernés à participer activement à la protection phytosanitaire de leurs productions en évitant au maximum de s’approvisionner en plants dans les zones où le risque phytosanitaire est le plus élevé.

Lire aussi :

Les nouvelles menaces qui planent sur le vignoble

 

Source Ministère

Commentaires 1

chepe

eh oui, quand on est en monoculture...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier